LA GLOIRE DE L'EDÁNKAN
Accueil
Extraits
L'oeuvre
Cartes
& appendices
L'auteur
Le Forum

verso

Livre 2

— Le Gardien

655 pages — 25 €
ISBN : 2748341074

Commander la version papier


« La qualité de l’écriture réussit à emporter le lecteur dans un tourbillon de féérie littéraire [...]. On pénètre dans un autre monde. »
Bibliophage

« Nouveau volume dense et fort bien écrit, dans lequel le rythme s'intensifie. De rebondissements en rebondissements, les pages se lisent de plus en plus vite »
Les Chroniques de l'Imaginaire

« L'auteur a su inventer une superbe histoire. On assiste à de belles batailles, que se soit armées ou magiques. »
Livre-Fantasy


couverture
verso

660 pages — 25 €
ISBN : 274833065X

Commander version papier

Télécharger version numérique
epub, mobi (Kindle), PDF


« Le récit est véritablement passionnant. C'est un petit coup de coeur »
Les Chroniques de l'Imaginaire

« Une manière de décrire un paysage tout bonnement magique. (...) Les héros tous très attachants.
On se laisse emporter par ce livre. Impossible de le fermer avant la fin. »
Bibliophage

« On aime la synergie des personnages chacun avec leurs talents et leurs défauts. On s'attache facilement aux héros. »
Livre-Fantasy
PRÉSENTATION :
   Eldeflar est un jeune garçon réfugié dans un château, sans personnalité, sans avenir, sans même un rêve à poursuivre, et qui se laisse mener par son existence plus qu’il ne la mène.
   Mais voilà que son protecteur se retrouve happé par son passé et ses serments d’autrefois, et qu’Eldeflar se retrouve embarqué dans une épopée où il n’est d’abord qu’un fardeau. Mais de découverte en découverte, le jeune garçon va retrouver une identité, réapprendre à être, à vouloir, et enfin, à pouvoir !
  Mais ce pouvoir sera-t-il mis au service de l’être, ou à celui de l’illusion ?

     
 




3 Tomes, 3 héritages :
 1. L'éclat du Pendentif
 2. Le Gardien
 3. L'ardent Souffle
Sortie 2006
Sortie 2008
Sortie 2016

AVIS de l'éditeur :  

T1 :
La Gloire de l’Edankan est le récit d'une lente révélation, le cheminement d’un jeune garçon qui découvre petit à petit que vivre - ou survivre - n'est pas suffisant pour être pleinement homme. La quête d’un objet sacré est le prétexte aux rencontres, aux épreuves, et à un questionnement que le quotidien neutralise.
   On retrouve ici tous les éléments traditionnels du roman merveilleux, exploités avec brio par l’auteur. Les 700 pages du livre sont englouties en un clin d’œil : on en redemande.

T2 :
Epique, époustouflant, riche et déroutant, "Le Gardien", deuxième tome de "La Gloire de l'Edánkan" décrit avec maestria la suite des aventures d'Eldefar et de ses compagnons. Récit d'heroic-fantasy qui n'a rien à envier aux modèles du genre, cette suite marque une transition dans la destinée de ses personnages et dans celui de tout Sévagil. En effet, d'Eldefar à la jeune Ethiel qui se révèle dans ce roman, au creux de leur relation tout en non-dits et en secrets, dans ce final bouleversant soigneusement préparé par l'auteur, se joue déjà l'avenir de la paix, annonçant dans un suspense haletant l'arrivée d'un troisième tome.
 
     

 

Critiques


Nouveauté sur le site :

Prochainement :

 


La presse en parle
L'histoire
   (du tome 1)

  « La paix ne saurait jaillir du bâton d’un magicien. »
  Hélas ! Car voilà que les ténèbres s’amoncèlent à nouveau au grand orient, après près d'un millénaire de paix trouble. La pierre fabuleuse qui jadis avait sonné le glas de l’Ombre est définitivement hors de portée de tout homme, et il semble que la Haute Assemblée ne puisse guère se tourner de ce côté pour espérer épargner au Plain-Continent une guerre prochaine dont elle n’a que des indices obscurs. Des patrouilles orques sont pourtant aperçues ici ou là avant de s’en retourner aux terres du nord où elles ont tout loisir de circuler. Mais il semble que de véritables armées soient en vérité lentement installées au cœur des royaumes en des lieux protégés par quelque sortilège.
   Il faut agir discrètement. C’est pourquoi elle n’envoie qu’un petit groupe d’homme lorsque se révèle soudain une alternative à l’antique joyau disparu. Mais ces hommes ont tôt fait d’être décelés et réduits à l’impuissance. Aussi lorsqu’elle décide une mission de sauvetage en profite-t-elle pour unir les seigneurs de tout le royaume en vue d’une action d’éclat qui détournera l’attention de ses ennemis et qui révélera la véritable menace qu’ils représentent. S’ils réussissent, alors les seigneurs auront déjà été réunis pour s’apprêter à de plus dures résistances, et la mission du groupe sur le point d’achopper pourra reprendre. S’ils échouent et que la menace était sérieuse, ils auront manifesté à leur adversaire leur plus complète incapacité à se défendre !

  Mais comment le jeune Eldeflar s’est-il retrouvé au cœur de ces graves évènements, lui qui ne sait pas même monter à cheval ? Et voilà que le château où il vivait comme réfugié est assailli juste après son départ, voilà que son père se révèle être toujours en vie, que son pendentif – seul héritage de ce dernier – ne lui appartient pas, et qu’il concentre peu à peu sur lui l’attention inquiète de ses ennemis comme de ses alliés. C’est que son père semble être un personnage redouté !
  De découverte en découverte, le jeune garçon va retrouver une identité, réapprendre à être, à vouloir, et enfin, à pouvoir ! Mais ce pouvoir sera-t-il mis au service de l’être ou à celui de l’illusion ?

 
Résumé
   (du tome 1)

  Eldeflar est un jeune garçon qui vit sous la paternelle bienveillance d'un homme qui l'a jadis sauvé. Ils vivent tous deux comme réfugiés chez un généreux seigneur, seuls survivants d’un village qui a été attaqué dix ans plus tôt et où a péri la mère d’Eldeflar. Son père avait quant à lui disparu quelques années plus tôt, au cours d’une guerre à laquelle il avait dû participer.
  Un soir, deux hommes arrivent au château et demandent une audience privée avec le seigneur et, chose inattendue, avec Orufis, le protecteur d'Eldeflar. Le passé de cet homme vient de refaire surface et il est réclamé pour une tâche auxquels ses serments d'autrefois l'invitent à se joindre. Il refuse d'abandonner Eldeflar derrière lui, ce qui le condamnerait à une misérable existence de garçon de ferme, et l'emmène au sein d'une périlleuse aventure où le jeune garçon n'est pourtant pas vraiment à sa place. Sa mission, avec les hommes qu'il accompagne, est de porter secours à un autre groupe en grave danger.
  D’abord mal accueilli, Eldeflar est laissé à l’écart jusqu’à ce que le groupe en péril soit retrouvé et mis en sécurité. L’homme qui dirigeait ce groupe, un mage nommé Yamaar, découvre cependant que le père d’Eldeflar pourrait être un homme qu'il a longtemps poursuivi et recherché, du nom de Dénédar. Ce dernier, quoique personnage très estimé, est soupçonné d’être en possession du pendentif d’Alseîgath. Ce pendentif servait jadis à garder sous contrôle l’Edánkan, ensemble de pierres fabuleuses capables de ruiner les ombres de l’Ennemi. Eldeflar est suspecté de porter sur lui une partie de ce pendentif.
  Lorsque les deux groupes doivent se séparent momentanément, Eldeflar est laissé aux soins du mage Yamaar. Lui et son groupe sont à la recherche de roches merveilleuses nommées Ankan (pluriel Ankani) (qui finalement se présenteront sous des aspects plus subtils) qui auraient le pouvoir de prémunir les royaumes contre l’Ennemi qui redevient menaçant, et peut-être de le priver de sa puissance. Ces roches seraient les jumelles naturelles du mythique Edánkan, mais rien n'affirme qu'elles existent. Le groupe séparé, de son côté, doit établir la reconnaissance d’une forteresse orque soupçonnée dans une grande forêt au Nord, pour permettre aux armées qui ont été appelées de la détruire.

Peu à peu, Eldeflar s'engage dans l'aventure et cherche à trouver sa place, celle qui peut le remettre sur la piste de son père. Mais plus il poursuit celui qui peut le mieux lui montrer qui il est, plus il devient celui-ci. Et tandis qu'une bonne étoile veille sur lui, d'autres personnages apparemment secondaires se révèlent peu à peu autres que ce qu'ils paraissent, à l’image de cette jeune femme, Nulonen, qui semble disposer d’une sagesse bien supérieure à celle à laquelle elle devrait pouvoir prétendre.

 

Le sujet

  Le sujet du roman est la grandeur de l'homme.
"Qu'est-ce que l'homme pour que tu penses à lui, le fils d'un homme que tu en prennes souci. Tu l'a voulu un peu moindre qu'un dieu, le couronnant de gloire et d'honneur" (Ps 8).
  Les paroles de ce psaume ont été le guide de l'auteur dans le sujet qu'il voulait traiter.
  Ainsi veut-il montrer combien est grand le destin divin de l'homme, plus enviable que toutes les créatures imaginaires et toutes les puissances qui peuvent le faire rêver. Certes, celles-ci évoquent à l'homme d'autres possibilités, d'autres façons de faire face à l'existence, mais elles sont en deçà du vrai rang auquel l’homme peut prétendre. Elles ne sont aussi que fruit de son imagination, mais un fruit qui témoigne justement d'un des pouvoirs de l'homme : celui de créer, d'imaginer.
  Et c'est ainsi, en inventant d'autres destins avec d'autres créatures, que l'homme découvrira qu'il n'en est pas, en fin de compte, de plus grand qui puisse s'imaginer.

  Pour accéder à cette compréhension, l'auteur commence le chemin par la contemplation, sur laquelle est mis l'accent dans le premier volume : cette capacité de l'homme à contempler, qui est la porte vers des états de vie supérieurs à la simple (sur)vie matérielle.

Eldeflar