[S'Enregistrer
[Editer Profil]  [Messages Privés
[Liste des Membres] [FAQ] [ Connexion ]
[Rechercher]  
Lundi 29 Nov 2021
00:27
          
La Gloire de l'Edankan Forum Index » » Tome 1 : L éclat du pendentif » » [Tome 1 ] coquille(s)...
Va vers page ( Page Précédente 1 | 2 | 3 | 4 | 5 Page Suivante )
Auteur
[Tome 1 ] coquille(s)...
Rantanplan


Inscrit: Feb 26, 2006
Messages: 99
De: France
Posté le: 20-07-2006 à 15:13    
Je n'ai pas le livre sous les yeux, mais de mémoire, ce qui porte à confusion, en page 145, c'est que vers le milieu de la page, tu dis qu'"untel avait remplacé un-autre-tel, depuis qu'on était passé au pas"... Alors que dans les pages précédentes, y'avait l'histoire de passage pas-galop-trot, mêlée aux histoires de changement d'éclaireur... Donc, logiquement, on cherche le lien, puisque cela suppose qu'on était au galop ou au trot, alors que ce n'est pas dit sur cette page (qui est la première du chapitre), et donc que c'était dit avant...
Enfin bref, c'est pas très clair ,le passage au jour suivant n'étant pas très clair non plus (puisqu'on le dit, mais ça semble tellement bien suivre ce qui précède... et puis il n'est pas fait mention de la surveillance nocturne, on nous dit "depuis qqch", ce qqch ayant eu lieu le jour même, et n'ayant pu avoir lieu d'après le livre que dans le chap. d'avant, etc. etc...)
Enfin bref, je tourne en rond, mais bon, voilà ... C'est pas très clair...

Je pense qu'il faut soit zapper le "depuis que", soit mieux l'expliquer, et peut-être mieux dire qu'on est le lendemain, car c'est dit, mais avec une tournure un petit peu bancale, qui m'a fait dire "s'est-il trompé ?" (genre un virgule qui n'y est pas, ou qqch comme ça)

Voilà...

Mais là, "j'suis à fond dedans" rassure-toi !


  Voir le Profil de Rantanplan   Message privé     Editer/Supprimer Ce Message   Répondre en citant 30
Xavier de Brabois


Inscrit: Nov 20, 2005
Messages: 551
De: Bourges
Posté le: 20-07-2006 à 15:36    
Merci pour tes explications finales sur l'orthographe, tu m'a convaincu
Pour cette histoire de lendemain, ce n'est pas très calir, mais je vais relire le passage pour me rendre compte.

Apparement, il y a décidemment un "passage" où le lecteur rentre dans le livre, avant lequel ce n'est pas encore le cas.
Où est donc cette frontière ?



  Voir le Profil de Xavier de Brabois   Voir le site web de Xavier de Brabois   Message privé     Editer/Supprimer Ce Message   Répondre en citant 31
Rantanplan


Inscrit: Feb 26, 2006
Messages: 99
De: France
Posté le: 20-07-2006 à 15:52    
Pour moi, je ne sais pas exactement... Mais comme je l'ai dit, à peu près à partir de mon dernier post "orthographique" (i.e., je pense, du chapitre qui commence vers la 160ème page (j'ai pô le livre avec moi)).

En gros, ça doit (je ne peux pas être sûr, ce n'est pas mathématique) être quand on commence un peu à stresser, parce que ça y est, on sait que le groupe en détresse est encerclé par une foultitude d'orques et de Sujéteurs, on sait que ça va être la grosse galère, on ne sait pas comment ils vont en sortir... On a notre coeur qui commence à battre avec celui des autres, quoi...
Avant on les suivait un peu béatement... mais là... ça devient différent, on n'est pas sur une route tracée, c'est l'inconnu...

Evidemment, ça ne veut pas dire qu'avant on ne vit pas avec les personnages, ou que ça nous barbe, mais il ne doit pas y avoir la même implication dans le livre (d'autant que pour ma part (et ça a dû pas mal jouer), ma vision était influencée par le fait que ce soit "le bouquin du patron ", je ne le lisais pas trop comme un autre... là, je crois que le livre a pris le dessus )


  Voir le Profil de Rantanplan   Message privé     Editer/Supprimer Ce Message   Répondre en citant 32
Manège


Inscrit: Jan 11, 2006
Messages: 201
De: Paris
Posté le: 20-07-2006 à 16:03    
Citation:
Le 2006-07-20 15:00, Rantanplan a écrit:
Bon, la Souris et le Manège n'ont pas compris comme l'auteur voulait que l'on comprenne, mais justifient par là l'orthographe de sa phrase, moi c'est l'inverse
En même temps, le coyote le plus bête de l'Ouest, il est mignon, mais il commente à partir du livre, tandis que nous essayons de comprendre hors contexte ! Il y a comme une subtile petite différence...!




Concernant vos élucubrations sur le moment où le lecteur "entre" dans le livre... je crois que pour ma part c'était au moment où j'ai lu la première phrase du chapitre 1. (J'ai seulement eu un peu de mal avec le prologue... peut-être parce que j'avais - à juste titre, d'ailleurs - trop le sentiment de le relire...)
Pour le coup, il me semble que c'est vraiment une considération subjective.


  Voir le Profil de Manège   Message privé     Editer/Supprimer Ce Message   Répondre en citant 33
Rantanplan


Inscrit: Feb 26, 2006
Messages: 99
De: France
Posté le: 21-07-2006 à 20:48    
Me voilà arrivé à la page 280...
C'est parti mon kiki...
Les fautes (en tout cas celles relevées (mes horaires de lecture étant indécents, ça joue peut-être aussi... )...) se font plus rares...

p.159 : au milieu les grandes ténèbres --> "des"

p.163 : j'avais noté qqch qui n'était pas de l'orthographe... mais je ne retrouve plus quoi

p.168 : dans la ville de ce marchand étrange Il leur enjoignit --> "étrange. Il"

p.170 : ils voulaient à présent le récupérer --> "la" (on parle de la fortune)

p.176 : Anno était allé cherché --> "chercher"

p.177 : et la peur envahit les coeurs
p.179 : La crainte commença soudainement à naître dans leurs esprits --> ce n'est pas forcément incohérent, mais ça m'a quand même alerté, qu'ils commencent à avoir peur 2 fois de suite...


p.181 : Est-ce qu'on parle mal encore de moi ? (c'est un orque, donc c'est peut-être fait exprès, mais on a toujours été habitué à voir tout le monde bien parler, donc je signale, au cas où ce soit un oubli : "encore mal")

p.182 : pendant qu'ils de dirigeaient --> "se"

p.184 : le moindre de leur pas --> leurs

p.184 : Des ronces apparurent qu'il fallut franchir en silence, puis de gracieux espaces recouverts de mousses plus vertes et abondantes que l'herbe et qui étouffaient le moindre de leur pas, et encore de nouvelles aires emplies de fougères.
Ce n'est pas le pire exemple (au moins, il a le mérite d'être plus général), mais, si cette phrase passe, elle ne coule pas directement non plus. C'est surtout dû au "qu'il fallut franchir", au "que l'herbe et qui", et, moins, au rajout du ", et encore".
Je pense que, même si ça coupe plus la phrase, insérer la relative directement après "ronces" est un peu mieux, car cela conserve l'ordre logique de lecture, qu'il est important de conserver dans les longues phrases. Ainsi ça ferait "Des ronces, qu'il fallut franchir en silence, apparurent, puis de gracieux..." --> comme je l'ai dit, plus de coupures, mais, et là on y gagne en fluidité, ça coule mieux, le cerveau du lecteur peut suivre linéairement, ce qui est un gros avantage, vu qu'il y a une suite relativement longue à ce début de phrase... (évidemment, on ne peut pas se contenter de changer l'ordre des mots pour que la phrase rende bien, mais je m'arrête là aux "mécanismes"...)
Enfin bon, je ne peux pas donner la bonne formulation, parce qu'elle n'existe pas... mais je pense que ceci, par ex, coulerait mieux (du coup je colle la phrase qui précède ... c'est encore plus long, mais c'est plus "simple") : "Le sol se mit à descendre, et il apparut des ronces qu'il fallut franchir en silence, puis de gracieux espaces, recouverts de mousses plus vertes et plus abondantes que l'herbe, étouffant le moindre de leurs pas, et encore de nouvelles aires emplies de fougères (même si le ",et encore", c'est pas le must...)
Je ne développe pas plus, car de toute façon la phrase était lisible, et chaque auteur a son style, que je ne prétends pas corriger... J'espère juste, Xavier que ça t'auras permis de voir où on peut trouver un peu de lourdeur, quelquefois...


p.190 : le plus d'information possible --> "informations"

p.195 : Orufis avait fait remarqué --> "remarquer"

p.200 : unes à unes --> "une à une"

p.208 : Ils progressaient le dos courbé, caché par --> "cachés"

p.217 : Puis il traversèrent --> "ils"

p.217 : Un homme vêtu de brun était allongé à une extrémité de leur abri, qui épiait attentivement à travers les arbustes qui les protégeaient tout danger qui se pouvait manifester
Voilà encore un phrase qui ne coule pas toute seule (on retrouve la construction ", qui" ). Je pense qu'en général, tu peux remplacer ton ", qui" par un participe : ici ça ferait : "un homme vêtu de brun était allongé à une extrémité de leur abri, épiant attentivement". Ceci a un gros avantage pour le lecteur : le "sujet" de la seconde proposition est "directement" celui de la 1ère (i.e. l'homme), donc on le connaît sans "calcul", tandis qu'avec ta relative, on cherche d'abord l'antécédent immédiatement avant, mais on ne le trouve pas, ce qui oblige à aller voir plus loin, et c'est assez gênant...
Ensuite, il y a une "bancalité" due à "protégeaient tout danger" justaposés : là aussi, en "mode lecture normale", y'a le cerveau qui fait couac, il faut refaire une petite gymnastique, car on s'attend à un complément au verbe "protégeaient", vu que la proposition dont il fait partie n'a pas été déclarée finie (du genre "qui les protégeaient des regards"), et qu'on voit qqch arriver... sauf que ce qqch vient compléter une proposition antécédente. Plutôt que d'encore tourner en rond, voit la différence d'avec : "qui épiait attentivement, à travers les arbustes qui les protégeaient, tout danger qui se pouvait manifester... C'est peu, ces deux virgules, mais pour le lecteur, ça lui facilite beaucoup la lecture (évidemment, c'est toi qui as écrit la phrase, donc tu la comprends sans même la lire, alors... )


p.220 : aucune oeuvre issue ce monde --> "de ce monde"

p.221 : nous attirerons autant de patrouilles que nous pouvons --> "pourrons"

P.224 : un brancard qu'il traînait infatigablement derrière lui Ca fait pas des traces énormes, ça ? ... Bon, d'accord

p.225 : Orufis, Ménor et Arehuir partiraient [...]Ils devaient tous revenir à la cachette pour retrouver Orufis Ca m'a un peu interpelé, ça aussi... Orufis va retrouver Orufis ? (c'est pas méchant, mais ça fait tiquer le lecteur...)

p.227 : Il ne leur semblait pas qu'aucun Elfe demeurait encore --> On peut dire "il leur semblait qu'aucun Elfe", ou "il ne semblait pas qu'un Elfe"... mais "pas qu'aucun" ...

p.229 : Yelin chassait au loin parfois et ramenait de l'eau La configuration "au loin parfois et" n'est pas la plus heureuse, et une coupure quelque part ne ferait pas de mal à l'oeil du lecteur, je pense (il est ch*** ce lecteur ! ). C'est pas un peu plus coulant, ça : "Yelin chassait parfois au loin, et ramenait de l'eau" ?

p.230 : "eux-aussi" --> "eux aussi"
p.230 : coups de pieds --> "pied"

p.230 : Le Sujéteur appela ensuite les orques qui se rassemblèrent autour de lui Je pense qu'il faut mettre une virgule (avant qui), pour signifier qu'ils ne se rassemblent qu'une fois qu'ils sont appelés, parce que sinon on s'attend à une sorte de simultanéité, du genre "il les appela alors qu'ils faisaient qqch"... C'est une petite nuance qui joue quand même pas mal au niveau de la lecture première...
p.230 : un des groupes [...] venait d'être capturé, ou peut-être tué. "tuer un groupe", je ne sais pas si ça se dit vraiment... on tue ses membres, on l'anéanti, mais le tuer, je suis sceptique...


p.231 : Les derniers fonds de gourdes --> "gourde" (chaque fond n'étant celui que d'une gourde)

p.232 : Quelqu'un - ou plutôt deux - approchait. Ca ne va pas, car on dit deux personnes, mais pas deux "quelqu'un"... Il faut rajouter "personnes", ou qqch comme ça...

Bon, j'en ai encore, mais j'ai plus le temps...
(c'est long, de recopier tout ça )
A bientôt..


  Voir le Profil de Rantanplan   Message privé     Editer/Supprimer Ce Message   Répondre en citant 34
Rantanplan


Inscrit: Feb 26, 2006
Messages: 99
De: France
Posté le: 21-07-2006 à 22:02    
Saperlotte, j'ai fait au moins deux fautes... Ca le fait pas, vu ce pourquoi c'était posté ...
(bon ben je revenais pour la suite, mais finalement, j'ai toujours po l'temps...)


  Voir le Profil de Rantanplan   Message privé     Editer/Supprimer Ce Message   Répondre en citant 35
Rantanplan


Inscrit: Feb 26, 2006
Messages: 99
De: France
Posté le: 21-07-2006 à 23:37    
p.235 : préféreriez-vous [...]. --> "?"
p.235 : au fond de leurs âmes --> "leur âme"

p.238 : Ils n'étaient pas très proche --> "proches"

p.239 : coups de fouets --> "fouet" (a priori, sauf s'il est expressément dit qu'il s'agit de plusieurs fouets... ce qui n'est pas le cas...)

p.241 : les créatures les plus proche --> "proches"

p.242 : Gunri en arrière ne fut pas la cible Je pense que là aussi, il vaut mieux mettre "en arrière" entre virgule, toujours pour que la lecture coule

p.244 : les orques se seraient débarrassés --> débarrassé
p.244 : Les Sujéteur savent ce que les autres Sujéteur savent. [...] Je connais le secret des Sujéteur --> "Sujéteurs"

p.245 : Elle se fichèrent --> "Elles"
p.245 : leurs ombres qui remontaient doucement plus loin sur la droite Encore un ex. où je mettrais une p'tite virgule, avant le "plus"

p.251 : des délais pouvait --> "pouvaient"

p.252 : une bande de brigand "et submergés par leur nombre de un..."

p.253 : troncs d'arbres --> "arbre"

p.263 : Eldeflar comprit la chance il avait --> "qu'il avait"
p.263 : leur groupe s'était laissé enfermé --> "enfermer"

p.264 : Il avait été brûlé [...] lors d'un combat aux flambeaux S'ils se battaient avec des flambeaux (ce que pourrait sous-entendre le fait qu'il se soit brûlé), alors c'est "au flambeau", si c'est éclairés par des flambeaux qu'ils se sont battus, alors c'est bon (mais on se demande alors comment il a été brûlé) (m'enfin, s'ils se battent avec des flambeaux, c'est pas pour faire joli, c'est donc qu'ils s'éclairaient avec, donc y'a des deux... )... Bref, je pense qu'il y a un petit éclaircissement à apporter...

p.271 : il se pourrait que j'ai --> "j'aie"

p.273 : l'Assemblée n'a pas tenu les promesses auxquelles j'espérai Espérer est une action inscrite dans un minimum de durée, et n'est pas un acte ponctuel... A ce titre, je pense qu'il faut mettre l'imparfait

p.274 : il fut surpris d'appende --> "apprendre"
p.274 : Pourquoi diantre ne nous avoir envoyés aucune information --> "envoyé"
p.274 : La seule que je n'ai jamais reçue "que j'aie jamais" (pas de négation)

p.279 : Du sort Eldeflar rien ne fut dit. --> "d'Eldeflar"

p.280 : Yamaar apprécia le geste et discernement "et le"
p.280 : en tenant leurs montures --> "leur monture" ...... j'ai déjà relevé une faute de ce type..... Et puis j'ai été pris d'un doute ... Après vérification, les deux sont possibles...
Toutes mes confuses !!
p.280 : Escorté par --> "escortés"

Et voilààààààà...

J'ai vraiment l'impression de faire le rabat-joie de service...


  Voir le Profil de Rantanplan   Message privé     Editer/Supprimer Ce Message   Répondre en citant 36
Souris Chauve


Inscrit: Mar 22, 2006
Messages: 177
Posté le: 22-07-2006 à 00:02    
juste un truc en passant...

Citation:
p.217 : Un homme vêtu de brun était allongé à une extrémité de leur abri, qui épiait attentivement à travers les arbustes qui les protégeaient tout danger qui se pouvait manifester
Voilà encore un phrase qui ne coule pas toute seule (on retrouve la construction ", qui" ). Je pense qu'en général, tu peux remplacer ton ", qui" par un participe : ici ça ferait : "un homme vêtu de brun était allongé à une extrémité de leur abri, épiant attentivement". Ceci a un gros avantage pour le lecteur : le "sujet" de la seconde proposition est "directement" celui de la 1ère (i.e. l'homme), donc on le connaît sans "calcul", tandis qu'avec ta relative, on cherche d'abord l'antécédent immédiatement avant, mais on ne le trouve pas, ce qui oblige à aller voir plus loin, et c'est assez gênant...
Ensuite, il y a une "bancalité" due à "protégeaient tout danger" justaposés : là aussi, en "mode lecture normale", y'a le cerveau qui fait couac, il faut refaire une petite gymnastique, car on s'attend à un complément au verbe "protégeaient", vu que la proposition dont il fait partie n'a pas été déclarée finie (du genre "qui les protégeaient des regards"), et qu'on voit qqch arriver... sauf que ce qqch vient compléter une proposition antécédente. Plutôt que d'encore tourner en rond, voit la différence d'avec : "qui épiait attentivement, à travers les arbustes qui les protégeaient, tout danger qui se pouvait manifester... C'est peu, ces deux virgules, mais pour le lecteur, ça lui facilite beaucoup la lecture (évidemment, c'est toi qui as écrit la phrase, donc tu la comprends sans même la lire, alors... )



on pourrait aussi dire "un homme vétu de brun, allongé à une extrémité de leur abri, épiait attentivement, à travers les arbustes(...)". ça "coule" mieux, pour reprendre l'expression de Rantanplan.


  Voir le Profil de Souris Chauve   Message privé     Editer/Supprimer Ce Message   Répondre en citant 37
Rantanplan


Inscrit: Feb 26, 2006
Messages: 99
De: France
Posté le: 22-07-2006 à 00:16    
Il y a de toute façon des millions de possibilités... Je ne prétends pas avoir la bonne...

  Voir le Profil de Rantanplan   Message privé     Editer/Supprimer Ce Message   Répondre en citant 38
Souris Chauve


Inscrit: Mar 22, 2006
Messages: 177
Posté le: 22-07-2006 à 00:27    
certes

  Voir le Profil de Souris Chauve   Message privé     Editer/Supprimer Ce Message   Répondre en citant 39
Xavier de Brabois


Inscrit: Nov 20, 2005
Messages: 551
De: Bourges
Posté le: 22-07-2006 à 00:47    
Sauf qu'il s'agit d'une découverte. Les personnages entre dans l'abri et découvrent la situation. Ce qu'ils découvrent ce n'est pas qu'un homme épiait, mais qu'un homme était allongé.

Merci beaucoup pour ces remarques, effectivement je comrpends de mieux en mieux la lourdeur de mes phrases. C'est finalement corrigeable sans gâcher mon style, simlpement en virant la moitié des relatives et en ajoutant des virgules (je 'naurais pas dû les enlever en fait).

Pour l'orque, oui, sa mauvaise syntaxe est volontaire..
Pour Orufis qui doit rencontrer Orufis, disons qu'ils partent tous et qu'ils doivent tous se retrouver, sachant que c'est Orufis qui donne le signal du rassemblement.
PAs clair en effet.

Mais merci beaucoup pour ce boulot, ça me sera très utile.



  Voir le Profil de Xavier de Brabois   Voir le site web de Xavier de Brabois   Message privé     Editer/Supprimer Ce Message   Répondre en citant 40
Rantanplan


Inscrit: Feb 26, 2006
Messages: 99
De: France
Posté le: 22-07-2006 à 20:12    
Je n'ai avancé que d'une petite trentaine de pages, mais comme j'ai un peu de temps...

p.281 : moins de sept lieux --> "lieues"

p.282 (+ idem en 284) : Vous venez de perdre la moitié des hommes qui vous accompagnaient --> mathématiquement, c'est pô vrai

p.284 : Quoique Sagelame représente pour vous un détour pour gagner Nämur, nous aurons donc le bonheur d'y faire une dernière étape commune avant de nous séparer Ce "quoique - donc" ne passe pas... y'a un truc qui cloche...

p.286 : Quoiqu'en présence de Sujéteurs --> "quoique en" (élision devant "il(s), elle(s), on et un(e)")

p.286 : en quête des pierres les plus ensoleillés --> "ensoleillées"

p.287 : quelques pétales Au début du récit, on nous apprend que la saison froide n'allait pas trop tarder, donc, ça m'a fait m'interroger, j'suis allé voir le calendrier... On est début octobre, donc c'est encore possible ... mais pas de beaucoup...
(comment ça je deviens parano ? )


p.287 : Quelques pétales ou feuillages morts détachées --> "détachés"

p.289 : un assemblage de pierre --> "pierres"

p.290 : la vue la plus aiguisées --> "aiguisée"

p.290 : les Edarë qui leur avait suggéré --> "avaient"

p.291 : un conte de salle de feu --> c'est normal que ze pize pas ?

p.291-292 : un ciel de quinze siècles plus vieux --> Ben non, il est plus "jeune"

p.294 : les nouvelles créatures d'Arkanisth - les Kînir, ainsi qu'ils furent nommés - --> "qu'elles furent nommées" (elles sont nommées Kînir)

p.294 : Eux-même étaient --> Eux-mêmes ("s" facultatif pour "nous" et "vous", mais pas "eux") (ou alors, c'est "Eux, même, étaient"... mais ce n'est pas le sens de la phrase)

p.294 : cela ne leur fût pas --> "fut"

p.296 : Elle [...], déjà lancé sur l'Edànkan --> "lancée"

p.298 : sans que personne n'ai vaincu --> "n'aie"

p.299 : qui nous fût transmis --> "fut"

p.303 : c'est en ce dessein qu'il la fît --> "fit" (décidément, tu étais en mal de subjonctifs )

Bon courage pour tout corriger...


  Voir le Profil de Rantanplan   Message privé     Editer/Supprimer Ce Message   Répondre en citant 41
Xavier de Brabois


Inscrit: Nov 20, 2005
Messages: 551
De: Bourges
Posté le: 25-07-2006 à 13:07    
J'ai commencé à pratiquer toutes les corrections signalées depuis le début de ce fuseau, et j'ai découvert deux choses.
D'abord que la règle du APRÈS QUE + IND passe assez bien en fait si on utilise la bonne concordance des temps.

"Après qu'il se soit couché" ne devient pas "après qu'il s'est couché" (berk) mais "après qu'il se fut couché" (en plus on ne fait presque pas la différence avec le "après qu'il se fût couché" qu'on aurait bien envie de mettre.
De même "elle le signala après qu'elle l'ait découvert" ne devient pas "elle le signala après qu'elle l'a découvert" mais plutôt "elle le signala après qu'elle l'eut découvert"

Et du coup l'indicatif passe bien.


Autre découverte, j'ai compris pourquoi j'abusais des relatives. En corrigeant une phrase je suis tombé sur un résultat "Quelques lieues plus loin, ils croisèrent deux hommes ". C'est une phrase aussi courte que pauvre, qui ne ressemble en rien à de la littérature; du coup à chaque fois j'ai tendance à rajouter quelque chose qui en dise plus, qui définisse ces hommes :
"Quelques lieues plus loin, ils croisèrent deux hommes, qui portaient un bagage étrange", ou "Quelques lieues plus loin, ils croisèrent deux hommes à l'aspect repoussant et qui faisait mine de changer de direction à leur approche".
D'où des phrases lourdes, qui voulaient seulement éviter la phrase pauvre du début.
Il me reste donc, grâce à vos remarques, à trouver le juste milieu. (qui serait par exemple: "Quelques lieues plus loin, ils croisèrent deux hommes sur le chemin"


  Voir le Profil de Xavier de Brabois   Voir le site web de Xavier de Brabois   Message privé     Editer/Supprimer Ce Message   Répondre en citant 42
Xavier de Brabois


Inscrit: Nov 20, 2005
Messages: 551
De: Bourges
Posté le: 25-07-2006 à 16:47    
Citation:
de mémoire, ce qui porte à confusion, en page 145, c'est que vers le milieu de la page, tu dis qu'"untel avait remplacé un-autre-tel, depuis qu'on était passé au pas"
Effectivement, en relisant tout le passage, j'ai accroché moi aussi sur cette curieuse construction. J'ai tout nettoyé, et ça suffit à rendre l'alternance des pas-galop plus claire.

Citation:
p.177 : et la peur envahit les coeurs
p.179 : La crainte commença soudainement à naître dans leurs esprits --> ce n'est pas forcément incohérent, mais ça m'a quand même alerté, qu'ils commencent à avoir peur 2 fois de suite...
J'ai relu ce passage.
La peur c'est celle de devoir bientôt affronter les orques. La crainte c'est celle d'être peut-être trahi par Séouh. Faut-il distinguer plus sérieusement les deux aspects ?



Citation:
p.282 (+ idem en 284) : Vous venez de perdre la moitié des hommes qui vous accompagnaient --> mathématiquement, c'est pô vrai
Il a perdu 2 hommes sur 5. Et la moitié d'un Dogost. Le compte est bon !


Citation:
p.287 : quelques pétales Au début du récit, on nous apprend que la saison froide n'allait pas trop tarder, donc, ça m'a fait m'interroger, j'suis allé voir le calendrier... On est début octobre, donc c'est encore possible ... mais pas de beaucoup...(comment ça je deviens parano ? )
Ah ouais quand même, j'ai rarement eu de lecteur aussi perfectionnsite, c'est bien (vu que normallement j'ai fait gaffe à tous ces détails)

Citation:

p.291-292 : un ciel de quinze siècles plus vieux --> Ben non, il est plus "jeune"
tiens, oui


  Voir le Profil de Xavier de Brabois   Voir le site web de Xavier de Brabois   Message privé     Editer/Supprimer Ce Message   Répondre en citant 43
Manège


Inscrit: Jan 11, 2006
Messages: 201
De: Paris
Posté le: 25-07-2006 à 18:25    
Citation:

Le 2006-07-25 13:07, Xavier de Brabois a écrit:
à chaque fois j'ai tendance à rajouter quelque chose qui en dise plus, qui définisse ces hommes :
"Quelques lieues plus loin, ils croisèrent deux hommes, qui portaient un bagage étrange"
Sauf qu'avec une virgule avant le qui, cela signifierait que ce sont les lieues qui portent un bagage !

Si tu mets une virgule, le qui ne renvoie plus au nom qui le précède mais à un autre plus loin... (Ce n'est pas absolu, mais généralement c'est le cas.) Exemple :
- Le papa a des bonbons pour ses enfants qui sont dans sa poche (ce sont des enfants schtroumpfs ! ) ;
- Le papa a des bonbons pour ses enfants, qui sont dans sa poche (ouf ! ce sont bien les bonbons dont on parle ! ).


Autre remarque : j'ai repéré un "ça ou là" du côté de la page 200... (Désolé, je ne suis pas aussi bien que Rantanplan : je ne note pas.) Soit c'est une simple faute de frappe, soit tu confonds le pronom avec l'adverbe de lieu, lequel s'écrit : çà.


  Voir le Profil de Manège   Message privé     Editer/Supprimer Ce Message   Répondre en citant 44
Xavier de Brabois


Inscrit: Nov 20, 2005
Messages: 551
De: Bourges
Posté le: 25-07-2006 à 19:35    
J'ignorais totalement cela vois-tu. Décidemment, on se cultive ici..
Mais ce qui est amusant, c'estqu'en relisant cette phrase aujourd'hui j'ai effacé ce "ça et là" qui redondait avec le "dans les environs" qui suivait.

Mais au moins je le saurai.

Quant à la virgule avant mon "qui", c'est une faute d'innatention dûe au fait que je voulais montrer le rajout.


  Voir le Profil de Xavier de Brabois   Voir le site web de Xavier de Brabois   Message privé     Editer/Supprimer Ce Message   Répondre en citant 45
Rantanplan


Inscrit: Feb 26, 2006
Messages: 99
De: France
Posté le: 25-07-2006 à 20:47    
Citation:

Le 2006-07-25 16:47, Xavier de Brabois a écrit:
Citation:
p.177 : et la peur envahit les coeurs
p.179 : La crainte commença soudainement à naître dans leurs esprits --> ce n'est pas forcément incohérent, mais ça m'a quand même alerté, qu'ils commencent à avoir peur 2 fois de suite...
J'ai relu ce passage.
La peur c'est celle de devoir bientôt affronter les orques. La crainte c'est celle d'être peut-être trahi par Séouh. Faut-il distinguer plus sérieusement les deux aspects ?
Maintenant que tu le dis, je suis éclairé...
Je pense que si, en page 179, tu remplaçais La crainte commença soudainement à naître dans leurs esprits. Et si Séouh les emmenait à l'opposé du lieu [...] par La crainte commença soudainement à naître dans leurs esprits : et si Séouh les emmenait à l'opposé du lieu [...] , on comprendrait beaucoup mieux...



Citation:
p.282 (+ idem en 284) : Vous venez de perdre la moitié des hommes qui vous accompagnaient --> mathématiquement, c'est pô vrai Il a perdu 2 hommes sur 5. Et la moitié d'un Dogost. Le compte est bon !
Je n'avais pas vu ça comme ça, effectivement... (mais dans ce cas, ça fait cynique, quand même... pauvre Dogost... )


Citation:
j'ai rarement eu de lecteur aussi perfectionniste

Private whistle à qui sait...
A vot'service

Bon, je m'étions interrompu dans ma lecture, mais j'ai un peu repris, donc nouvel arrivage sous peu...


  Voir le Profil de Rantanplan   Message privé     Editer/Supprimer Ce Message   Répondre en citant 46
Souris Chauve


Inscrit: Mar 22, 2006
Messages: 177
Posté le: 25-07-2006 à 21:00    
aaaaaaaaargh, arrétez-le, mettez-le aux fers, confisquez lui son exemplaire!!

j'ai comme l'impression qu'un de ces jours, je vais m'offrir un second volume du premier tôme, quand il sera réédité avec les corrections... et je mettrais le premier en vitrine, pour les générations futures!! et pis, j'ai drolement hate de lire le deuxième tome...


  Voir le Profil de Souris Chauve   Message privé     Editer/Supprimer Ce Message   Répondre en citant 47
Xavier de Brabois


Inscrit: Nov 20, 2005
Messages: 551
De: Bourges
Posté le: 25-07-2006 à 21:21    
Mais Souris, c'est que j'espère bien que le tome 1, s'il continue à être retravaillé comme ça grâce à vous, soit réédité par une maison d'édition plus sérieuse.
Faut bien rêver pour se motiver parfois Mais vos lectures sont déjà un vrai plaisir pour moi.
Le tome 2, je bose, je bosse, et par cette chaleur, j'avance pas bien vite (mais j'avance). J'ai hâte moi aussi de vous le faire lire.


  Voir le Profil de Xavier de Brabois   Voir le site web de Xavier de Brabois   Message privé     Editer/Supprimer Ce Message   Répondre en citant 48
Rantanplan


Inscrit: Feb 26, 2006
Messages: 99
De: France
Posté le: 25-07-2006 à 22:42    
Citation:

Le 2006-07-25 21:00, Souris Chauve a écrit:
aaaaaaaaargh, arrétez-le, mettez-le aux fers, confisquez lui son exemplaire!!
Pardon, M'zelle ! ... J'le r'f'rai pus ! Promiiiiiis

Citation:
j'ai comme l'impression qu'un de ces jours, je vais m'offrir un second volume du premier tôme, quand il sera réédité avec les corrections... et je mettrais le premier en vitrine, pour les générations futures!! et pis, j'ai drolement hate de lire le deuxième tome...

Tout pareil !

... finalement, j'le r'fais, m'zelle...

p.309 : Les feuilles des arbres commençaient à jaunir et ajoutaient ainsi aux diversités des cultures des couleurs fantastiques. Je ne saurais pas quoi proposer de mieux, mais ça ne passe pas bien... Ca veut dire que chaque culture à sa diversité... oui mais de quoi ? de couleurs, apparemment... Mais j'sais pô... ça me titille un peu, c'est pas très net... Peut-être faudrait-il plus mettre l'accent sur l'objet de ces diversités (d'autant qu'au premier abord, j'avais flairé une autre faute, pensant en premier à la diversité des cultures)... La meilleure solution est peut-être de zapper ce mot "diversités" (ou alors de le compléter pour expliquer, mais ça risque d'alourdir) avec une p'tite pirouette (du genre (j'aime pas trop, mais c'est la première chose qui me vient à l'esprit) : "Aux multiples couleurs des cultures s'ajoutaient celles, fantastiques, des feuilles d'arbre jaunissantes" ou pour plus "coller" : "Les feuilles des arbres commençaient à jaunir, ajoutant aux diverses couleurs des cultures des teintes fantastiques" (je ne trouve rien de bien... c'est juste pour exemple ))

p.309 : Le repos que le groupe de Yamaar s'accorda leur fut à tous très bénéfique C'est tout à fait compréhensible, mais ce n'est peut-être pas très heureux, ce passage de "il" (le groupe) à "eux"... Avant cette phrase, on parle d'"eux", peut-être ne faudrait-il pas repasser par "le groupe" (même si je sais que c'est très utile pour éviter les répétitions, et ainsi alléger, rendre plus agréable )... Mais là, c'est pô à moi de dire... Je me contente de signaler l'éventuel froncement de sourcils du lecteur (il a été plus qu'éventuel, pour moi... )


p.314 : à coté de notre mission --> "côté"

p.314 : Elle vit Fuindis assisse en arrière --> "assise"

p.316 : dans un silence où résonnèrent des dernières paroles --> "les"

p.318 : peu d'idée --> "idées"

p.318 : les armées orques qui nous ont causées tant de soucis --> "causé"

p.319 : les deux protagonistes [...] avaient disparus --> "disparu"

p.319 : Mais personne ne pouvait lui indiquer leur village et le temps passait. Mais il y eut un accident dans la région et Armal en entendit parler. Ces deux "mais" qui se suivent, c'est bof... Le deuxième n'a pas d'utilité logique (au sens d'analyse logique)(enfin si, quand même un peu, par rapport à la proposition antérieure, mais étant donnée que cette dernière est déjà un "mais", c'est mal choisi), il faut tourner ça autrement, je pense...

p.320 : N'ayant de meilleures pistes, je le poursuivis [...] Ce n'est pas faux, mais ça paraît incongru, car un "meilleure piste" est suffisant pour motiver le départ...

p.320 : Je l'ai fait identifier --> "faite" (on parle d'une médaille)

p.321 : réputée pour ses sculpteurs de talents ah ? c'est eux qui les font ? --> "talent"

p.321 : ils les retrouvent sans problèmes Là on est dans l'ordre de la nuance, mais je crois qu'en général, dans ce cas c'est "problème", puisqu'on parle dans l'abstrait, et non dans le concret de quelques problèmes identifiés...

p.323 : y aller eux-même --> "eux-mêmes"

p.324 : Penya'l lammëlma elye ve elya ! --> "lammëlya"
Quoi ? ........ Ok-ok ...

p.324 : Elles parlaient chacun leur tour --> "chacune son tour" (à moins que ce soit "chacun", si c'est fixé invariablement dans l'expression, ce que je ne sais pas... ou alors mettre "chacune à son tour", i.e. en revenant à l'origine de l'expression...) (si, comme moi , tu trouves ça moche, le "chacune son", mets "tour à tour" )

p.325 : il accepta de se s'attarder --> tu seusseutes

p.327-328 : Fuindis apparut de la toile montée en abri sur la gauche sous laquelle ils avaient rangé le matériel la veille au soir. On respire quand ?
Enfin, c'était juste pour que tu voies que, finalement, tu faisais bien de mettre beaucoup de virgules


p.329 : Ils eurent finit --> "fini"

p.333 : Il s'endormit dans ces pensées, son pendentif, une étoile à quatre branches en or, enfermée dans la main. --> "enfermé", c'est le pendentif, et non l'étoile...

p.333 : aucune légende n'avaient jamais pu --> "n'avait"

p.336 : induis en erreur --> "induits"

p.339 : j'aurai déjà tué pleins de monstres --> "plein"

p.340 : avait blessé n'animal (c'est qui çui-là ? --> "l'animal"

p.345 : Comment vous-appelez-vous "vous appelez-vous"

p.346 : J'irai vérifier qu'il y en ait assez et que les bottes soient bien agencées. (c'est p'têt fait exprès, mais mon boulot est de noter les fautes, alors je note ) --> "il y en a" et "sont", et en plus c'est "vérifier si" (et "s'assurer que", en revanche)...

p.347 : en tous cas --> "tout"

p.347 : Jaimerai partir --> "j'aimerais"

p.347 : Simplement un l'intérêt rehaussé encore une bête bizarre... --> faut choisir...

p.350 : viendras tu te coucher ce soir ? --> "viendras-tu"

p.350 : dans sa bague à tabac --> "blague"

p.352 : un enfant de six ans --> 10

p.352 : Yamaar s'était levé pour prendre congé de leur hôte et, peu à peu imité, il les saluait en les remerciant pour leur hospitalité faut choisir aussi --> "leurs hôtes" ou "il le saluait en le"

p.354 : pendant que ses compagnons inspectait --> "inspectaient"

p.356 : Il leur fut impossible d'obtenir les noms de personnes qui auraient pu en savoir plus long sur leurs affaires, leur fournisseur, leurs clients, ni celui qui leur avait pu leur vendre le matériel pour récupérer leur trésor --> "leur avait pu vendre" ou "avait pu leur vendre"
Ben zut, "il" m'a posté mon message tout seul...
La suite arrive !


  Voir le Profil de Rantanplan   Message privé     Editer/Supprimer Ce Message   Répondre en citant 49
Rantanplan


Inscrit: Feb 26, 2006
Messages: 99
De: France
Posté le: 25-07-2006 à 23:17    
Bon, même page, même citation, je continue ...

Y'a un problème au niveau du "ni"... si "ces personnes " auraient pu en savoir plus long sur "celui qui avait pu etc.", alors c'est "et"... Si "on" n'a pas non plus pu obtenir le nom du vendeur (dans ce cas la phrase serait vraiment incomplète, donc je pense que ce n'est pas ça), c'est "et" aussi, car il n'y a pas de négation... (y'a juste "impossible", qui n'en est pas une, mais qui remplace...). Donc : "ni"->"et"


p.356 : il passait très peu de visiteur --> "visiteurs"

p.363 : assez peu de question --> "questions"

p.363 : peu de personne --> "personnes"
(si si ... j'en ai vu des justes, des "peu de"... z'en faites pas !)

p.363 : un cours chemin --> "court"

p.364 : des acrobaties qu'il avait vu faire --> "vues"... mais je ne suis pas tout à fait sûr, à cause du "faire"... M'enfin je crois...

p.366 : Vous êtes doués --> "doué" (vouvoiement de politesse ici)

p.366 : des motifs elfiques qu'un artiste [...] m'a enseigné --> "enseignés"
(mais "enseigne"-t-on des "motifs" ? Plutôt l'art de les faire, non ?)

p.366 : je doute de pouvoir vous en prendre aucune [...] Je doute qu'une seule d'entre elles ne résiste à notre voyage. "aucune"-->"une" et pas de "ne" explétif pour la seconde proposition...

p.369 : tout à faits --> "fait"

p.370 : ais-je entendu dire "ai-je"

p.370 : Nos seigneurs ne parviennent pas à s'allier d'eux même si le roi n'intervient pas. (si j'étais prof de français, je mettrais dans la marge un gribouillis qui voudrait dire "confus" ) ...Je pige pas trop la phrase... C'est "eux-mêmes", "d'eux, même si" ? (mais on ne s'allie pas "de" qqun... ... Mais alors si c'est d'eux-mêmes, ça veut dire qu'ils ne s'allient pas tous seuls "même si" le roi n'intervient pas... on s'attend plutôt à un "sauf si", puisqu'ils ne le font pas tous seuls...) Bref, je ne comprends pas...

p.373 : ils trouvèrent à l'oreille sans difficultés Idem que our le post précédent avec "sans problème" : "difficulté", dirais-je plutôt...
En revanche, en p.374, "sans motifs", c'est OK

p.374 : le véhicule s'était abîmée --> "abîmé"

p.377 : pas beaucoup de solution --> "solutions"

p.379 : Gardin à Renard saurait lever le mystère [du collier] --> ben oui, mais arrivé chez lui, ils ne lui posent même pas la question, et c'est Vallerain (enfin, c'est pas explicitement dit... mathématiquement, ça peut être aussi Gardin, mais on ne nous le dit qu'après l'entrevue avec Vallerain, alors...) qui donnera la réponse... Ca fait tiquer, ça... On nous dit lui il sait, et nous on attend depuis je sais pas combien de temps pour savoir, et ces boulets demandent pas...

p.381 : ils se sont rencontré --> rencontrés

Pfuiiii... c'est pas de tout repos...
Bon courage pour les corrections !


  Voir le Profil de Rantanplan   Message privé     Editer/Supprimer Ce Message   Répondre en citant 50
Manège


Inscrit: Jan 11, 2006
Messages: 201
De: Paris
Posté le: 25-07-2006 à 23:20    
Tu sais que tu es complexant, comme garçon ?!
Non seulement tu vas avoir fini le livre bieeen avant moi, mais en plus tu as une lecture d'une efficacité redoutable...


  Voir le Profil de Manège   Message privé     Editer/Supprimer Ce Message   Répondre en citant 51
Rantanplan


Inscrit: Feb 26, 2006
Messages: 99
De: France
Posté le: 25-07-2006 à 23:24    
Pardooon... Tout l'monde m'en veuuut !

  Voir le Profil de Rantanplan   Message privé     Editer/Supprimer Ce Message   Répondre en citant 52
Xavier de Brabois


Inscrit: Nov 20, 2005
Messages: 551
De: Bourges
Posté le: 26-07-2006 à 01:39    
Ouaip. Je vais l'embaucher comme bêta-lecteur officiel pour le tome 2

  Voir le Profil de Xavier de Brabois   Voir le site web de Xavier de Brabois   Message privé     Editer/Supprimer Ce Message   Répondre en citant 53
Rantanplan


Inscrit: Feb 26, 2006
Messages: 99
De: France
Posté le: 26-07-2006 à 01:49    
Citation:

Le 2006-07-26 01:39, Xavier de Brabois a écrit:
Ouaip. Je vais l'embaucher comme bêta-lecteur officiel pour le tome 2


bêta-lecteur ?
Ouaip... 2 fois plus bêta que son ombre

Si c'est celui qu'a le livre en avance, je signe ...


  Voir le Profil de Rantanplan   Message privé     Editer/Supprimer Ce Message   Répondre en citant 54
Rantanplan


Inscrit: Feb 26, 2006
Messages: 99
De: France
Posté le: 26-07-2006 à 01:58    
Citation:
Le 2006-07-25 22:42, Rantanplan a écrit:
Citation:
j'ai comme l'impression qu'un de ces jours, je vais m'offrir un second volume du premier tôme, quand il sera réédité avec les corrections... et je mettrais le premier en vitrine, pour les générations futures!! et pis, j'ai drolement hate de lire le deuxième tome...

Tout pareil !
Evidemment, que je le mettrai en vitrine ! Suis-je bête ? (oui, je sais... et bien plus que vous ) ... Y'a ma (enfin notre ) dédicace dessus !! J'y pense que maintenant...



  Voir le Profil de Rantanplan   Message privé     Editer/Supprimer Ce Message   Répondre en citant 55
Souris Chauve


Inscrit: Mar 22, 2006
Messages: 177
Posté le: 26-07-2006 à 05:24    
qu'est ce que tu crois, la Souris Chauve, elle perd pas le nord!!

p'tit truc en passant:

Citation:
p.370 : Nos seigneurs ne parviennent pas à s'allier d'eux même si le roi n'intervient pas. (si j'étais prof de français, je mettrais dans la marge un gribouillis qui voudrait dire "confus" ) ...Je pige pas trop la phrase... C'est "eux-mêmes", "d'eux, même si" ? (mais on ne s'allie pas "de" qqun... ... Mais alors si c'est d'eux-mêmes, ça veut dire qu'ils ne s'allient pas tous seuls "même si" le roi n'intervient pas... on s'attend plutôt à un "sauf si", puisqu'ils ne le font pas tous seuls...) Bref, je ne comprends pas.


>>Nos seigneurs ne parviennent pas à s'allier d'eux-même, si le roi n'intervient pas.
càd: ils ne parviennent pas à prendre l'initative d'une alliance entre eux. capiche, le chien le plus bête de l'ouest, et le meilleur trouveur de fautes d'orthographe, à défaut d'être meilleur gardien de prison??


  Voir le Profil de Souris Chauve   Message privé     Editer/Supprimer Ce Message   Répondre en citant 56
Rantanplan


Inscrit: Feb 26, 2006
Messages: 99
De: France
Posté le: 26-07-2006 à 11:22    
En plus, en me relisant : "Mais alors si c'est d'eux-mêmes, ça veut dire qu'ils ne s'allient pas tous seuls "même si" le roi n'intervient pas... " --> , j'ai remis le "même" dans la 2ème partie de la phrase, alors que je l'avais déjà mis dans la 1ère... Forcément ça colle pas
Donc, effectivement ( ) la correction à apporter est la solution "eux-mêmes, si"


  Voir le Profil de Rantanplan   Message privé     Editer/Supprimer Ce Message   Répondre en citant 57
rebeca


Inscrit: Feb 25, 2006
Messages: 45
Posté le: 27-07-2006 à 23:52    
Juste pour dire (oui je sais je suis en retard) pour le coup du ciel (j'ai pas le livre, c'est Dame Lambertine qui là ;), donc je sais pas remettre dans le contexte ), ça dépend quand même de par rapport à qui on se place: effectivement, le ciel qu'on observe est plus jeune que "ce qu'il est maintenant"... mais par rapport à l'observateur, il est vachement plus vieux, non? Donc, dans ce sens là, la phrase de Xavier était correcte...
Et puis (déformation professionnelle, hein, Vin') mes chers aurinaciens, sont plus vieuxque moi... en même temps, ils sont aussi beaucoup plus jeunes, avec leurs 40 000 ans de moins... les deux versions sont correctes, non, c'est une question de référent...


  Voir le Profil de rebeca   Message privé     Editer/Supprimer Ce Message   Répondre en citant 58
Rantanplan


Inscrit: Feb 26, 2006
Messages: 99
De: France
Posté le: 28-07-2006 à 00:23    
Je pars samedi matin, sans possibilité de me connecter, ni de lire plus La Gloire de l'Edankan...
Donc il faudra attendre un certain temps (qui peut être long...) pour avoir la suite de mes relevés... Toutes mes excuses

Voilà quand même un petit bout.

p.383 : une bande de brigand qui aurait sévie (c'est la même, alors !) -->"brigands", "sévi"

p.384 : étaient halées le long fleuve --> "long du"

p.384 : n'avaient pas obtenues réponse --> "obtenu"

p.385 : mots de passes --> "passe"

p.385 : j'aimerai --> "aimerais"

p.386 : Le lieu où sont arrivés les deux hommes dont nous suivons la trace avant d'être recueillis par la caravane Ca ne va pas... Avec cette disposition, le "avant d'ête recueillis" devrait s'appliquer à "nous" (le groupe de Yamaar)...
On peut changer ça de diverses manières, mais une simple virgule peut suffire...


p.386 : eux-même --> "eux-mêmes"

p.387 :Omassénam comprit alors que Yamaar avait été le membre si important pour lequel l'Assemblée avait été si inquiète et avait interrogé tous les membres, et dont le message de bon recouvrement avait été répandu il y a peu. Pourquoi "avait été" ? --> "était"
Et sinon, je pense que la phrase est un peu lourde à la première lecture... Mais là, ce n'est pas à cause de qqch de particulier...

p.387 : Savez-vous [...] --> "?"

p.389 : une chevelure soyeuse, châtain --> "châtaine"

p.390 : [la chevelure] retomba gracieusement sous ses épaules On dirait plutôt "sur", pour le retomber (pass'ke les cheveux arrivent par dessus )... Mais je vois ce que tu veux dire, c'est pour la longueur... Dans ce cas, je pense quand même qu'il faut dire autre chose ... mais je ne vois pas trop quoi (de simple... on pourrait parler d'omoplates, par ex., mais c'est moche ), à vrai dire...

p.390 : nous l'avons rencontré --> "rencontrée" (c'est Feriane)

p.391 : c'est une véritable forteresse que nous avons découvert --> "découverte"

p.392 : nous avons dû fuir --> non... quitter un peu précipitamment le navire...


p.392 : qui a causées --> "causé"

p.401 : elle connaissait toutes les petites routes et raccourcis y'a un problème au niveau du "toutes", puisque "raccourcis" est masculin... Je pense qu'il faut mettre "et tous les raccourcis"

p.402 : N'étaient-ils [...]. --> "?"

p.402 : [les orques] retrouverons --> "retrouveront"

p.403 : Dois-je [...]. --> "?"

p.403 : Je n'aimerai --> "aimerais"

p.406 : à un Mâyensis c'est "un Mâyensis, des Mâyensi" ?

p.406 : Cela dépend de la nature du désir qui les y pousse et de quel amour il s'agit. Ce "les" ne renvoie à rien (enfin, on le comprend, mais c'est tout), on ne parle que d'un Mâyensi(s ?)...

p.407 : en tous cas --> "tout"

p.407 : que se situe de danger --> "le"

p.407 : ces troupes ce peuvent --> "ne"

p.408 : Je ne me pourrai "je ne pourrai"

p.409 : Combien d'homme --> "hommes"

p.411 : au cas où tu ne me crois pas on peut mettre l'indicatif, mais je me demande si le subjonctif n'irait pas mieux... Je l'aurais mis... Mais je pense que ça reste à l'appréciation de l'auteur...

p.412 : je n'aurai jamais --> "aurais"

p.413 : Je voudrais bien, conclut-il sa rêverie. "Je voudrais bien, conclut-il", ça va, mais si on rajoute "sa rêverie", je ne suis pas sûr que ça aille encore... Parce que soit il conclut sa rêverie, soit il conclut "je voudrais bien"... Mais les deux... Un "conclut-il ainsi sa rêverie" peut marcher...

p.414 : quelques temps --> "quelque"

p.414 : Ils avaient fait apprêté "apprêter"

Bon, voilà... A dans pas trop longtemps j'espère !


  Voir le Profil de Rantanplan   Message privé     Editer/Supprimer Ce Message   Répondre en citant 59
Va vers page ( Page Précédente 1 | 2 | 3 | 4 | 5 Page Suivante )
        Signaler le fuseau au modérateur
  Fermer ce Topic Déplacer ce Topic Effacer ce Topic


Copyright ©
The phpBB Group