[S'Enregistrer
[Editer Profil]  [Messages Privés
[Liste des Membres] [FAQ] [ Connexion ]
[Rechercher]  
Jeudi 23 Sep 2021
17:38
          
La Gloire de l'Edankan Forum Index » » d'auteur à auteur » » se laisser influencer par ses lecteurs ?
Auteur
se laisser influencer par ses lecteurs ?
Feuille de Niggle


Inscrit: Feb 25, 2006
Messages: 50
De: France, Pologne
Posté le: 08-05-2006 à 15:05    
... si je puis dire

Bon, je l'avoue, c'est un peu parce que je n'ai pas d'autre moyen de participer vu que je n'ai pas encore lu l'histoire. Du coup, je ne peux pas m'exprimer "stricto sensu" en tant que lecteur et puis, d'autre part, il m'arrive parfois de commencer -- ca ne va jamais bien loin -- l'ecriture d'histoires.

En fait, il s'agit bien d'un deplacement de question, puisque c'est en lisant tes interventions, Xavier, que je me suis pose cette question... metaphysique pour un auteur: jusqu'a quel point un auteur doit-il se laisser influencer par ses lecteurs?

De mon cote, quand je commence a raconter ce que j'ecris a quelqu'un, la magie de l'inspiration s'evanouit

FdN

[ Ce Message a été édité par: Xavier de Brabois le 24-04-2009 à 10:18 ]


  Voir le Profil de Feuille de Niggle   Message privé     Editer/Supprimer Ce Message   Répondre en citant
Xavier de Brabois


Inscrit: Nov 20, 2005
Messages: 551
De: Bourges
Posté le: 10-05-2006 à 16:35    
Tu as raison, c'est une question métaphysique

Jusqu'à quel point est-il effectivement influencé ? Eh bien diverses discussion avec d'autres auteurs me lissent penser que l'on est fortement influencés, consciemment ou non;

Personnellement, je sais que je me suis senti obligé de mettre des femmes dans mon récit à cause de mon lectorat, pour être dans le coup et en phase avec mon époque (alors que matériellement c'était très délicat de les faire intervenir dansun univers pareil). Le résultat me plaît finalement, mais je n'ai pas été libre;

De même une connaissance a évité sciemment d'être trop fleur bleue dans son écriture, par crainte de ce qu'en penseraient ses lecteurs.

Quand on écrit, c'est pour être lus, et pour que ça plaise. Donc on fait forcément attention un peu à ça. Après, il y a ce qui est important pour nous, et ce qui l'est moins. L'avantage de l'écriture (disais-je à une journaliste qui m'interviewait), c'est qu'on est libre d'y mettre ce qu'on veut. On n'a pas de contrainte budgétaire, pas de ligne éditoriale définie, pas de pression ou presque.

Quand je commence à raconter mon histoire par oral, oui l'inspiration s'enfuit aussi au début, parce que ce n'est pas le même mode d'expression et que je n'arrive plus à remettre en place mon récit (surtout quand il est complexe et peut commencer par divers fils) Mais une fois que j'ai saisi un fil, et si et seulement si mon auditeur est attentif, je peux lui parler de mon livre avec des étoiles dans les yeux. Mais les auditeurs attentifs sont presque inexistants.
C'est l'avantage du livre. Tu écris pour un lecteur qui va te lire (normalement, et tu as tout ton temps pour développer ce que tu as à dire.
Je pense que si ton inspiration s'évanouit parce que ton mode d'expression n'est plus le même. Rien de plus.
Un remède, rédige un synopsis d'une demi-page, et apprend le par coeur

[ Ce Message a été édité par: Xavier de Brabois le 05-08-2020 à 00:25 ]


  Voir le Profil de Xavier de Brabois   Voir le site web de Xavier de Brabois   Message privé     Editer/Supprimer Ce Message   Répondre en citant 1
Manège


Inscrit: Jan 11, 2006
Messages: 201
De: Paris
Posté le: 10-05-2006 à 18:21    
D'un autre côté, trouver un auditeur attentif est le meilleur moyen qui soit de "tester" une histoire. Si cet ami qui d'ordinaire m'écoute n'en a visiblement rien à cirer de mes élucubrations autour d'une île mystérieuse et d'une carte au trésor, c'est peut-être que mon histoire ne vaut rien... ou que Stevenson a trop marqué les esprits !


Xavier, est-ce que la question n'était pas de savoir jusqu'à quel point les réactions sur ce forum (et ailleurs) vont influencer les deux tomes à venir ?
Si ce n'était pas le cas, ça l'est maintenant !

Penser aux lecteurs est une chose bien louable à mon sens, mais l'auteur doit-il se laisser influencer par son lectorat ? et si oui jusqu'à quel point ?
Par exemple, le fait que des connaissances ( ) t'encouragent à ne pas avoir déraisonnablement peur de scène un peu fleur bleue va-t-il nous offrir l'occasion d'en lire à l'avenir ?!


  Voir le Profil de Manège   Message privé     Editer/Supprimer Ce Message   Répondre en citant 2
Xavier de Brabois


Inscrit: Nov 20, 2005
Messages: 551
De: Bourges
Posté le: 10-05-2006 à 18:31    
Oui, ça peut m'influencer.

Tout peut m'influencer, de la même manière que les auteurs sont influencés par les questions fondamentales de leurs sociétés (en 1945, elles n'étaient pas les même qu'en 1968 ou qu'en 1999).

C'est un principe très visible dans les séries. Par exemple Obélix avec Gosciny, n'a existé que parce que des lecteurs ont manifesté leur intérêt pour ce bûcheron rigolo. Finalement il est devenu le fidèle compagnon d'Astérix et a troqué sa hache contre un menhir.
Les auteurs, dans les séries, sont tous attentifs à ce que dit son public (même Lucas par exemple qui a bien reçu les doléances concernant son épisode I qui a été peu apprécié).

C'est plutôt sympathique, non, de savoir qu'il peut exister un dialogue entre le lecteur et l'auteur ? L'auteur n'est pas dans sa tour d'ivoire en lançant ses feuilles du haut des créneaux.


  Voir le Profil de Xavier de Brabois   Voir le site web de Xavier de Brabois   Message privé     Editer/Supprimer Ce Message   Répondre en citant 3
Manège


Inscrit: Jan 11, 2006
Messages: 201
De: Paris
Posté le: 11-05-2006 à 11:37    
Oui, bien sûr : c'est sympathique !

Mais l'influence des lecteurs sur l'auteur me laisse toujours sceptique... Jusqu'où doit-elle aller ? Où s'arrête la liberté du créateur, pour céder la place au travail d'un exécutant prisonnier d'une commande ?
Je ne dis pas que c'est ton cas - loin de là - mais cette question me taraude depuis longtemps.

Il faut savoir écouter les remarques pour en tirer le meilleur, mais n'y a-t-il pas le risque de dénaturer des éléments importants d'un récit (je ne parle pas des séries, ici... ce serait différent) sans s'en rendre compte ? L'auteur pourrait perdre de vue certaines choses qui faisaient pourtant la cohérence de l'ensemble.

Cherche-t-il à faire plaisir au lecteur où l'emmener quelque part ? (A l'emmener quelque part en lui faisant plaisir... ok !!)


Bon, en fait c'est extrêmement vaporeux, tout ça !


  Voir le Profil de Manège   Message privé     Editer/Supprimer Ce Message   Répondre en citant 4
Xavier de Brabois


Inscrit: Nov 20, 2005
Messages: 551
De: Bourges
Posté le: 11-05-2006 à 12:11    
Tu as donné toi-même la réponse:
Il faut savoir écouter les remarques pour en tirer le meilleur
L'auteur sait ce qu'il doit raconter, pas le lecteur. Mais l'auteur peut prendre en compte ce qu'il trouve juste ou bon dans les remarques qu'on lui fait. Il reste maître, mais il reçois les suggestions. (ce que l'on fait tous quand on fait lire nos textes à un premier public)


  Voir le Profil de Xavier de Brabois   Voir le site web de Xavier de Brabois   Message privé     Editer/Supprimer Ce Message   Répondre en citant 5
Feuille de Niggle


Inscrit: Feb 25, 2006
Messages: 50
De: France, Pologne
Posté le: 11-05-2006 à 14:36    
-- je suis malheureusement trop pressee ces jours-ci pour pouvoir vraiment participer et je n'ai meme pas le temps de tout lire...

Mais en fait, je dois preciser quelque chose concernant l'inspiration -- car je m'apercois que je n'etais pas claire. Quand je parle de mon histoire, toute l'energie de mon inspiration est mise a l'epreuve et je trouve meme parfois des developpements tout en racontant... Donc, jusque la, tout va plutot bien
Le probleme, c'est quand je me retrouve a nouveau seule avec mon histoire, je ne retrouve plus la meme intimite. C'est comme si les personnages existaient tres loin dans la nue. Mon inspiration serait le nuage qui m'y emmene... Et peut-etre que le fait de faire monter quelqu'un d'autre sur le nuage, ca le dissipe Apparemment, ce n'est pas ton cas

Mais, en parlant d'influence, si jamais tu acquiers la certitude que tes lecteurs n'accrochent pas a l'un de tes personnages et que ca nuit a l'interet que l'on peut avoir pour ton histoire... seras-tu capable de le tuer froidement?


FdN


  Voir le Profil de Feuille de Niggle   Message privé     Editer/Supprimer Ce Message   Répondre en citant 6
fleur-des-sables


Inscrit: May 11, 2006
Messages: 1
Posté le: 11-05-2006 à 15:55    
Question : ton panel de lecteurs est-il large ( homme, femme, jeunes, moins, jeunes, milieux, goûts, idées différentes...) ? Si oui, leur dégoût pour un personnage peut trahir plusieurs choses :
- il est mal bâti et les lecteurs ne le comprennent pas vraiment, ni lui, ni sa présence, ni son intérêt. A retravailler, sans aucun doute. Il faut alors réfléchir au but qui lui était assigné, pourquoi n'y répond-il pas ? Comment corriger ? Si c'est impossible... après moultes essais, lectures comparatives... à la trappe!
- il dérange, car son but est de troubler, gêner,rendre malheureux ( cf le père de Faramir et Boromir dans le Seigneur des anneaux!. Il atteint alors son but et il faut le garder car il est nécessaire pour l'intrigue.
- il est comme cela au départ mais va évoluer et rasseréner les lecteurs! Il répond donc à la logique vue plus haut.
- il est imbuvable, inutile à l'histoire et tu l'aimes beaucoup, quand même, ce personnage... Là, c'est à toi et toi seul de choisir. Tu veux emmener les lecteurs dans ton récit, mais leur fermes-tu la porte ou les intrigues-tu, malgré l'agacement contre un des personnages? D'autant qu'en réalité, les lecteurs ont des avis très variés et certains aiment ce que d'autres détestent et inversement.

Personnellement, je suis capable d'éliminer un personnage secondaire s'il le faut. Ou de modifier l'intrigue notamment en cas d'erreur, mais pas sur les éléments fondamentaux. Ce n'est pas de la commande ( Manège!) mais pour moi une sorte de dialogue avec ceux qui me lisent. Par contre, il y a des choses de goût, de style, de cohérence auxquelles je tiens mordicus ( et d'ailleurs, je mords!!)

Le plus curieux, Feuille, c'est que parfois, tu n'as pas un personnage à éliminer mais un à rajouter ou à amplifier. C'est somme toute autant si ce n'est plus dérangeant... mais très dynamisant aussi!


  Voir le Profil de fleur-des-sables   Message privé     Editer/Supprimer Ce Message   Répondre en citant 7
Manège


Inscrit: Jan 11, 2006
Messages: 201
De: Paris
Posté le: 11-05-2006 à 21:36    
Tiens, Fleur-des-Sables ! Bienvenue ici aussi !

Citation:

Le 2006-05-11 15:55, fleur-des-sables a écrit:

Personnellement, je suis capable d'éliminer un personnage secondaire s'il le faut. Ou de modifier l'intrigue notamment en cas d'erreur, mais pas sur les éléments fondamentaux. Ce n'est pas de la commande ( Manège!) mais pour moi une sorte de dialogue avec ceux qui me lisent. Par contre, il y a des choses de goût, de style, de cohérence auxquelles je tiens mordicus ( et d'ailleurs, je mords!!)
Bis.
Tout est perfectible tant qu'on ne perd pas de vue l'objectif. Mais c'est terrible quand une scène inutile qu'on aime particulièrement ne plaît pas (ou pire : n'est absolument pas comprise) ; la supprimer devient parfois une obligation, mais c'est douloureux...


Il y a quelque chose que je ne suis pas certain de comprendre, Feuille de Niggle : tu trouves plus facile de raconter ton histoire à quelqu'un que de te la raconter à toi-même ??


  Voir le Profil de Manège   Message privé     Editer/Supprimer Ce Message   Répondre en citant 8
Xavier de Brabois


Inscrit: Nov 20, 2005
Messages: 551
De: Bourges
Posté le: 11-05-2006 à 22:14    
Non, ce que je comprends, c'est que son inspiration disparaît APRÈS qu'il ait raconté une histoire qu'il maîtrisait bien avant de la raconter. C'est curieux, et ça vient peut-être de ce que tu es plus prolifique pendant la narration que devant une feuille blanche.
Je pense que ton inspiration devrait revenir si tu commences ton histoire. Sinon, imagine que tu la racontes quand tu l'écris.


Citation:
si jamais tu acquiers la certitude que tes lecteurs n'accrochent pas a l'un de tes personnages et que ca nuit a l'interet que l'on peut avoir pour ton histoire... seras-tu capable de le tuer froidement?
D'abord, je pense que l'auteur doit avoir lui aussi conscience qu'un de ses personnages n'est pas accrocheur. C'est peut-être fait exprès, peut-être qu'il a déjà prévu de le faire disparaître
Sinon, dans le cas improbable où l'auteur crée un personnage que les lecteurs n'aiment pas du tout et que per ce fait il nuit à l'histoire, si c'est un personnage secondaire, je n'hésiterai pas à le tranformer. Si c'est après parution et que je ne peux changer ce qui a été écrit, et si vraiment ce personnage nuit à l'histoire, oui, il disparaîtra. (pas forcément besoin de le tuer pour ça).




  Voir le Profil de Xavier de Brabois   Voir le site web de Xavier de Brabois   Message privé     Editer/Supprimer Ce Message   Répondre en citant 9
Manège


Inscrit: Jan 11, 2006
Messages: 201
De: Paris
Posté le: 11-05-2006 à 22:46    
Cas d'école au cinéma : "Jar-Jar must die"...
Typiquement, je trouve que les communautés de fans ont eu une influence trop grande sur la création de Lucas. Bien sûr, ce personnage n'était pas top (encore qu'il m'a fait beaucoup rire durant la séance avec mes frèrots), mais bon... j'avais trouvé ça injuste.


  Voir le Profil de Manège   Message privé     Editer/Supprimer Ce Message   Répondre en citant 10
Xavier de Brabois


Inscrit: Nov 20, 2005
Messages: 551
De: Bourges
Posté le: 12-05-2006 à 01:00    
Ben il est pas mort ! Il a pris du grade dans le 2 et dans le 3 ! Je me demande à quoi pensait Feuille. A des cas précis ?
Il y a plusieurs histoires de personnages nés grâce au public (je crois que c'est aussi le cas de Pirlouis), mais pas de personnage qu'il a réusi à tuer (peut-être parce qu'on en parle pas du coup ?)


  Voir le Profil de Xavier de Brabois   Voir le site web de Xavier de Brabois   Message privé     Editer/Supprimer Ce Message   Répondre en citant 11
Manège


Inscrit: Jan 11, 2006
Messages: 201
De: Paris
Posté le: 12-05-2006 à 08:44    
Ben, parlons-en de sa promotion ! Tu reconnais le personnage dans les épisodes 2 et 3, toi ? Visuellement, oui, mais sinon il n'a pratiquement plus rien du Jar-Jar de l'épisode 1. C'est presque pire que mourir !

Tu as raison : les personnages qui passent à la trappe ne sont pas fréquents. en général, ces sadiques d'auteurs font mourir ceux qu'on aime le plus ! Vilains !

Au cinéma, tu as tout de même les James Bond, où grâce à la longévité de la série tu vois apparaître et disparaître des personnages en permanence... Par exemple, tu as dans les deux premiers (Dr. No et Bons baisers de Russie) une même femme qui semble appelée à jouer le rôle de celle qu'il laisse toujours tomber au dernier moment mais qui tient bon (Sylvia Trench). Dès le troisième épisode (Goldfinger) elle passe à la trappe et c'est Moneypenny, la secrétaire de M, qui va plus ou moins jouer ce rôle par la suite... Risque de doublon ? C'est le seul exemple de disparition flagrante qui me vienne, en tout cas...


  Voir le Profil de Manège   Message privé     Editer/Supprimer Ce Message   Répondre en citant 12
Feuille de Niggle


Inscrit: Feb 25, 2006
Messages: 50
De: France, Pologne
Posté le: 12-05-2006 à 15:04    
euh?... je dois vous avouer que je n'avais aucun exemple en tete!

  Voir le Profil de Feuille de Niggle   Message privé     Editer/Supprimer Ce Message   Répondre en citant 13
lambertine


Inscrit: Apr 20, 2006
Messages: 21
Posté le: 14-05-2006 à 04:34    
Bêtes remarques : Quelqu'un (Fleur des Sables, je crois) a parlé de cohérence. L'"évolution" de Jar Jar est à mes yeux un exemple flagrant d'incohérence, justement. Jar Jar 1 n'a rien à voir avec Jar Jar 2.

"Les auteurs sont des sadiques font mourir les personnages qu'on aime le plus".
Hé... hé...

J'ai du mal à me qualifier d'auteur, puisque j'écris jusqu'à présent "en direct sur le Net". Mais bon. J'écris. Et ce côté "feuilletonnesque" de ma façon de diffuser mes histoires me vaut des réactions de lecteurs "en direct", si j'ose dire. Est-ce qu'elles m'influencent ? Je dirais "pas tellement". Je tiens compte de certaines remarques, comme "tu ne devrais pas tant insister sur telle ou telle chose" (enfin, j'essaie) et il m'est arrivé de faire plaisir à une lectrice sur un point de détail, mais grosso modo ça se limite à ça (enfin, si quelqu'un me signale une erreur de cohérence, évidemment, là, je modifie...). L'histoire est l'histoire, et elle reste telle jusqu'au bout. Comme les personnages dans leur évolution, même si certains peuvent au départ paraître irréalistes ou déplacés (une adolescente de 14 ans, amoureuse d'un homme deux fois plus vieux qu'elle, peut-elle faire passer ses convictions politiques et son sens du devoir avant ses aspirations personnelles ? J'ai reçu pas mal d'avis disant que non, mais pour moi c'est oui... Ou du moins c'est oui "pour elle", même si elle n'est officiellement qu'une "gamine". Je serais incapable de la vieillir.)



  Voir le Profil de lambertine   Message privé     Editer/Supprimer Ce Message   Répondre en citant 14
rebeca


Inscrit: Feb 25, 2006
Messages: 45
Posté le: 14-05-2006 à 20:33    
Lambertine: Est-ce qu'elles m'influencent ? Je dirais "pas tellement".


Pas tellement, pas tellement... serait bien plus adapté d'utiliser des termes comme intraitable, inflexible ou même impitoyable avec ses pôôvres lecteurs...


  Voir le Profil de rebeca   Message privé     Editer/Supprimer Ce Message   Répondre en citant 15
Xavier de Brabois


Inscrit: Nov 20, 2005
Messages: 551
De: Bourges
Posté le: 05-08-2020 à 00:37    
Feuille de Niggle:
si jamais tu acquiers la certitude que tes lecteurs n'accrochent pas a l'un de tes personnages et que ca nuit a l'interet que l'on peut avoir pour ton histoire... seras-tu capable de le tuer froidement?

Je relis ce fuseau et ça tombe bien, car j'ai désormais de quoi répondre.

OUI SANS HÉSITATION

J'ai justement fait lire le tome 3 et on m'a confirmé les problèmes de narration et d'intérêt. Je n'ai eu aucun commentaire sur un nouveau personnage principal qui pour moi était fondamental à l'histoire en servant de catalyseur au héros, en lui renvoyant ce qu'il ne devait pas devenir tout en proposant un chemin de rédemption.
bon...
eh ben ça ne marche pas. Ce personnage on n'y adhère pas, il encombre souvent, même s'il est fondamental.
Ca m'a pris quelques semaines pour m'y résoudre, mais je l'ai désintégré, je l'ai fait entièrement disparaître (je garderai peut-être un passage énigmatique en souvenir de toutes ces années d'écritures passées en sa compagnie).
Parce qu'en effet, même s'il me paraissait important à moi et était dans mon projet depuis le début, le résultat est qu'il nuit à l'histoire.

Je dois donc réécrire entièrement le tome 3 à cause de lui (entre autre), pour le supprimer alors qu'il était prévu depuis le début puisque je n'arrive pas à en faire ce que j'espérais, et que des lecteurs confirment implicitement qu'il n'apporte rien.


  Voir le Profil de Xavier de Brabois   Voir le site web de Xavier de Brabois   Message privé     Editer/Supprimer Ce Message   Répondre en citant 16
Akela


Inscrit: Feb 26, 2006
Messages: 317
De: Paris XV
Posté le: 10-08-2020 à 14:44    
Une anecdote que j’ai revue l’autre jour m’a fait penser à cette question.

Maurice De Bevere, alias Morris, l’auteur de Lucky-Luke, utilisa pour l’une de ses histoires des bandits ayant réellement existé, les frères Dalton, prénommés Bob, Grat, Bill et Emmett. Conformément à la réalité historique (bien que d’une façon différente), à la fin de l’histoire, les frères Dalton meurent.
Néanmoins, de nombreux lecteurs se mirent à écrire à l’auteur pour réclamer le retour de ces personnages. C’est ainsi que Morris, se laissant influencer par ses lecteurs, créa les cousins de ses premiers personnages : Joe, Jack, William et Averell.

Quant on sait que ces antagonistes sont devenus presque plus célèbres que le héros de la BD, je pense qu’on a la réponse à la question posée en tête de fuseau !


  Voir le Profil de Akela   Message privé     Editer/Supprimer Ce Message   Répondre en citant 17
Xavier de Brabois


Inscrit: Nov 20, 2005
Messages: 551
De: Bourges
Posté le: 07-09-2020 à 18:47    
Anecdote intéressante.
Il y a la même pour Obélix, à la base bûcheron, qui n'est né que parce que els lecteurs ont trouvé amusant ce gros personnage flegmatique
(mais je croyais avoir tous les Luky Luke, même les plus anciens, et je ne vois pas dans quel album les frères Dalton 1er du nom meurent)


  Voir le Profil de Xavier de Brabois   Voir le site web de Xavier de Brabois   Message privé     Editer/Supprimer Ce Message   Répondre en citant 18
Akela


Inscrit: Feb 26, 2006
Messages: 317
De: Paris XV
Posté le: 11-09-2020 à 19:11    
Citation:

Le 2020-09-07 18:47, Xavier de Brabois a écrit:

je ne vois pas dans quel album les frères Dalton 1er du nom meurent

Dans Hors la loi, 6ème album de la série, paru en 1951.



Joe, Jack, William et Averell n’apparaîtront que dans Dans les Cousins Dalton, 12ème album de la série, paru en 1958.

Par contre, Obélix n’est pas bûcheron lors de sa première apparition, mais déjà livreur de menhirs
Il y a une interview des auteurs sur le site de l’INA où ils racontent pourquoi ils l’ont créé. Ils ne mentionnent pas les lecteurs, mais ça n’est pas incompatible avec ce que tu dis.


  Voir le Profil de Akela   Message privé     Editer/Supprimer Ce Message   Répondre en citant 19
Xavier de Brabois


Inscrit: Nov 20, 2005
Messages: 551
De: Bourges
Posté le: 12-09-2020 à 13:24    
Du moins il porte une hache sur le dos

  Voir le Profil de Xavier de Brabois   Voir le site web de Xavier de Brabois   Message privé     Editer/Supprimer Ce Message   Répondre en citant 20
Akela


Inscrit: Feb 26, 2006
Messages: 317
De: Paris XV
Posté le: 12-09-2020 à 14:06    
À la ceinture



Il ne la portera plus après : dès sa deuxième apparition, à la page suivante, on ne la voit plus.


  Voir le Profil de Akela   Message privé     Editer/Supprimer Ce Message   Répondre en citant 21
Xavier de Brabois


Inscrit: Nov 20, 2005
Messages: 551
De: Bourges
Posté le: 14-09-2020 à 09:45    
Non, il y a une autre image, il est plus petit et il porte une hache sur le dos, c'est juste un personnage d'arrière plan

  Voir le Profil de Xavier de Brabois   Voir le site web de Xavier de Brabois   Message privé     Editer/Supprimer Ce Message   Répondre en citant 22
Akela


Inscrit: Feb 26, 2006
Messages: 317
De: Paris XV
Posté le: 15-09-2020 à 12:40    
Tu es sûr de ton coup ?
Parce que là, c’est la 1° page de la 1° aventure (Asterix le Gaulois), la 7° case et la première où on voit Astérix. La didascalie indique d’ailleurs C’est ici que nous faisons connaissance avec notre Héros.
Il n’y a rien avant : à la 1° case, les Romains envahissent la Gaule, à la 2° Vercingétorix se rend à César («OUAP!»), à la 3° la paix est installée, troublée par quelques attaques de Germains vite repoussées, 4° «Toute la Gaule est occupée», 5° «Toute ? Non !». À la 6°, César s’interroge, et à la 7°, visible ci-dessus, nous faisons connaissance avec notre Héros.

Obélix réapparait ensuite à la 7° case de la 2° page, toujours avec son menhir sur le dos, mais sans hache.



  Voir le Profil de Akela   Message privé     Editer/Supprimer Ce Message   Répondre en citant 23
        Signaler le fuseau au modérateur
  Fermer ce Topic Déplacer ce Topic Effacer ce Topic


Copyright ©
The phpBB Group