[S'Enregistrer
[Editer Profil]  [Messages Privés
[Liste des Membres] [FAQ] [ Connexion ]
[Rechercher]  
Jeudi 23 Sep 2021
17:28
          
La Gloire de l'Edankan Forum Index » » à l auteur » » De l'action par rapport à la description
Auteur
De l'action par rapport à la description
Xavier de Brabois


Inscrit: Nov 20, 2005
Messages: 551
De: Bourges
Posté le: 12-03-2006 à 16:36    
On me reproche parfois d'avoir écris nu roman trop descriptif (avis par exemple donné par une maison d'édition)

Pourtant je viens de trouver une interview intéressante d'un auteur américain très connu en Fantasy : Robin Hobb (c'est une femme), auteur du cycle de l'Assassin Royal (je ne suis pas fana, mais c'est ce qui se fait de mieux je trouve en écriture, qui est assez belle).
Ses intrigues sont très longues à mettre en place (il ne se passe quasiment rien dans le tome 1), et on lui pose cette question à laquelle elle donne sa réponse :

Allan : Quand on regarde les différentes chroniques, nous constatons que plusieurs fois il est indiqué que l'action est longue à venir que ce soit dans L'Assassin Royal ou dans sa suite : est-il important à vos yeux de créer précisément l'univers et les personnages avant de développer l'action ?
Robin : Je pense que dans la fantasy, il est plus long d'amener le lecteur dans le monde et d'établir le décor et ce qui s'y passé. Sans ce contexte, il est plus dur pour le lecteur de comprendre quels évènements sont importants. Beaucoup de lecteurs de fantasy sont très patients lors de la découverte d'un monde. Ils sont enchantés par un livre important qui leur permet d'entrer dans un monde et de l'explorer. En fantasy, le contexte peut être plus important pour le plaisir du lecteur.
J'avoue que cette réponse me plaît bien, puisqu'elle devrait être valable aussi pour mon roman.
L'action arrive tout de même plus rapidement dans mon roman que dans les siens, mais il faut tout de même attendre le chapitre XX (presque la moitié du livre) avant de se trouver dans la véritable intrigue (enfin... la plus évidente).

Que pensez-vous de la place de l'action dans un roman ?
Certains livres ne décrivent que ce qui se passe, les actions du héros, d'autres passent beaucoup de temps à décrire les sentiments des personnages ou les décors. Pourtant on peut trouver des modèles de l'un comme de l'autre en grand succès (par exemple, Harry Potter et l'Assassin Royal).



[ Ce Message a été édité par: Xavier de Brabois le 12-03-2006 à 17:31 ]


  Voir le Profil de Xavier de Brabois   Voir le site web de Xavier de Brabois   Message privé     Editer/Supprimer Ce Message   Répondre en citant
Manège


Inscrit: Jan 11, 2006
Messages: 201
De: Paris
Posté le: 12-03-2006 à 17:07    
Citation:

Le 2006-03-12 16:36, Xavier de Brabois a écrit:

On me reproche parfois d'avoir écris nu
Pas de problème : tu fais ce que tu veux !!
(Ou plutôt : je vais lire la suite de ton message...)


  Voir le Profil de Manège   Message privé     Editer/Supprimer Ce Message   Répondre en citant 1
Xavier de Brabois


Inscrit: Nov 20, 2005
Messages: 551
De: Bourges
Posté le: 12-03-2006 à 17:29    
(kil è bête !)

  Voir le Profil de Xavier de Brabois   Voir le site web de Xavier de Brabois   Message privé     Editer/Supprimer Ce Message   Répondre en citant 2
Manège


Inscrit: Jan 11, 2006
Messages: 201
De: Paris
Posté le: 12-03-2006 à 22:15    
Bon. Soyons sérieux.
Il y a plusieurs choses ici, selon moi.

D'abord, dans le cas d'un ouvrage en plusieurs tomes (ce qui est le cas ici), je pense qu'il peut être intéressant de bien prendre le temps de poser le décor, les personnages, etc. Certes, il vaut mieux le faire de façon ludique et intéressante, mais ça me paraît une bonne option que l'intrigue ne débute qu'assez tard.

Ensuite (et surtout), je trouve dommage de sans cesse marquer une opposition nette entre action et description. En quoi est-il nécessaire d'être aussi radical ?
Il me semble qu'on aurait tout à gagner en prenant pour principe de toujours raconter. Une description seule, c'est souvent très joli, mais ça tourne à vide ! Ca ne sert à rien, et c'est dommage. Je vais finir par créer une association pour promouvoir le principe de la description narrative ! Quand on se donne la peine de dépeindre un décor, on peut très bien imaginer raconter quelque chose d'un personnage par ce biais (même de façon implicite). Cette option a aussi pour avantage (non négligeable) de rendre une description moins ennuyeuse...
Prenons un exemple : une jeune fille entre dans la chambre de son frère aîné, qui vient de décéder (c'est pas gai, mais c'est mon exemple ! ) ; l'histoire dit qu'elle pleure dans ce lieu, lequel est décrit dans les moindres détails. Eh bien cette description "nécessaire" peut très bien servir à raconter en accéléré la vie du jeune homme... Ainsi, on superpose l'intrigue principale, une description et un récit secondaire qui permet d'éclairer le principal.

Maintenant, si on veut vraiment choisir entre action et description, je préfère nettement la description... mais à condition que l'ouvrage soit court !! Sinon, il faut beaucoup d'action pour tenir en haleine.
Bref : vu comme ça, le problème n'avance pas !


  Voir le Profil de Manège   Message privé     Editer/Supprimer Ce Message   Répondre en citant 3
Feuille de Niggle


Inscrit: Feb 25, 2006
Messages: 50
De: France, Pologne
Posté le: 13-03-2006 à 19:12    
-- Je ne lis pas assez de livres (et particulierement de fantasy) pour avoir un avis "eclaire" sur la question... neanmoins, je vous le donne quand meme
Sans description, j'imagine que c'est tres dynamique et que l'intrigue nous emporte d'une autre facon. Cependant, je crois que le livre sera plus riche s'il comporte une dose de description (avec ou sans implication des personnages).
Je ne suis pas tout a fait d'accord avec toi, Manege. Tu dis:
Citation:
"Une description seule, c'est souvent très joli, mais ça tourne à vide ! Ca ne sert à rien..."
Comment, ca ne sert a rien! Au contraire, ca nous permet aussi de nous imaginer dans le decor autrement qu'en accompagnant l'action des personnages

Et au final, on peut rester dans un endroit meme quand le heros en est sorti... Ca participe a la magie du livre


  Voir le Profil de Feuille de Niggle   Message privé     Editer/Supprimer Ce Message   Répondre en citant 4
Xavier de Brabois


Inscrit: Nov 20, 2005
Messages: 551
De: Bourges
Posté le: 14-03-2006 à 12:10    
Tiens, c'est joliment dit ça... Et ça me paraît très juste.

  Voir le Profil de Xavier de Brabois   Voir le site web de Xavier de Brabois   Message privé     Editer/Supprimer Ce Message   Répondre en citant 5
Manège


Inscrit: Jan 11, 2006
Messages: 201
De: Paris
Posté le: 14-03-2006 à 13:09    
En même temps, Feuille de Niggle, je dis que je préfère nettement la description. C'est vrai qu'elle participe très largement au charme d'un livre, et c'est elle qui nous laisse des images, des sons et des parfums en tête quand on le referme...
Ce que je voulais exprimer, en disant de façon un peu tranchée que seule elle ne sert à rien, c'est que la description reste au service d'un récit. Un livre qui se contenterait d'aligner des décors sans reconter une histoire serait profondément ennuyeux.

De plus, je ne pense pas que les descriptions soient les grandes "perdantes" de la littérature actuelle. Malgré la montée en puissance de l'action, elles restent très présentes. Selon moi, ce sont plutôt les personnages qui déclinent : il est de plus en plus rare de les voir exister derrière leur nom, souvent ils se limitent à quelques caractéristiques vagues et stéréotypées...


  Voir le Profil de Manège   Message privé     Editer/Supprimer Ce Message   Répondre en citant 6
Xavier de Brabois


Inscrit: Nov 20, 2005
Messages: 551
De: Bourges
Posté le: 14-03-2006 à 13:42    
Tu trouves ?
Moi je trouve que c'est le contraire. Toute la littérature contemporaine me semble se focaliser sur l'introspection des personnages, leur ressenti, leurs psycho-réactions, au détriment d'une véritable intrigue et surtout de vrais descriptions sur l'environnement. Je ne pense pas pas à ton récit en disant cela, parce que toi tu intègres justement le décor aux réactions psychologiques de tes personnages (un peu comme Proust ?). Mais je trouve que la littérature contemporaine est le reflet de l'individualisme actuel.
Non seulement les gens parlent essentiellement d'eux à travers leurs personnages, mais en plus leur ressenti devient plus important que toute la réalité qui les entoure.
Mais... oups, c'est un autre débat.
(je devrais créer d'autres rubriques pour ça non ?)


  Voir le Profil de Xavier de Brabois   Voir le site web de Xavier de Brabois   Message privé     Editer/Supprimer Ce Message   Répondre en citant 7
Gilbert


Inscrit: Feb 27, 2006
Messages: 7
Posté le: 14-03-2006 à 14:44    
J'avoue être assez d'accord avec l'ami Manège.

Pourquoi absolument vouloir opposer la description et l'action ? La description ne trouve son sens que si elle va être au service de l'action (ne serait-ce qu'en posant le décors/cadre de l'action), une action sans description est d'une pauvreté affligeante.

Par la description, on ve rentrer plus profondément dans le livre, s'identifier (ou en tout cas suivre mieux) aux personnages, les accompagner dans leur action. Sans description, on se contente d'observer, complètement de l'extérieur, une suite d'actions (au pluriel), mais sans à aucun moment pouvoir les faire siennes.

Sans compter que c'est bien souvent par la description qu'on va toucher du doigt le réel talent de l'auteur...

PS : Sur la place de l'introspection des personnages dans la littérature actuelle, j'ai l'impression qu'un nouveau fuseau a été créé. Je vais voir ça.


  Voir le Profil de Gilbert   Message privé     Editer/Supprimer Ce Message   Répondre en citant 8
echolivres


Inscrit: Mar 14, 2006
Messages: 1
Posté le: 14-03-2006 à 17:16    
Je lis pas mal de livres et je dois avouer que j'ai vraiment trouver les livres de Robin Hobb assez long ( il ne se passait pas grand chose alors que j'était au tome 4 !) bref je crois qu'il faut trouver un juste milieu. Un livre ou les actions s'enchainent toute les deux pages devient rassoir tout comme les livres où l'on a des descriptions pendant des centaines de pages. En faite, il faut que les descriptions soit utile. ça ne sert à rien de décrire sans but précis.

Très drôle ta blague nadège ( cf : "on me reproche souvent d'écrire nu ")


  Voir le Profil de echolivres   Voir le site web de echolivres   Message privé     Editer/Supprimer Ce Message   Répondre en citant 9
Xavier de Brabois


Inscrit: Nov 20, 2005
Messages: 551
De: Bourges
Posté le: 14-03-2006 à 21:19    
Salut echolivre, et bienvenue.

Et bien je suis content d'apprendre qu'il ne se passe rien jusqu'au tome 4 chez Robbin Hobb (on parle du cycle de l'Assassin oui?). Moi qui me repentais de n'avoir pas poursuivi alors qu'on m'en dit tant de bien et que, de fait, le style est assez bon.

Une description utile...
Hum... je ne suis pas complètement sûr d'être d'accord, enfin ça dépend.
Pour moi une description est utile dès lors qu'elle permet de donner l'ambiance dans le récit. Comme dit très bien Feuille de Niggle, qu'il reste quelque chose une fois le roman fermé et l'action terminée (d'ailleurs c'est exactement ça, les livres que j'ai lu qui racontaient une action sans description m'ont parfois tenus en haleine, mais je les ai oublié ausitôt refermés).
Pourmoi une description participe de la poésie, elle n'a pas de but. Par contre elle doit s'intégrer au récit et servir la narration, et non pas interrompre son fil.

Manège utilise la description pour qu'elle appelle chez ses personnages des émotions.
Moi je l'utilise parfois pour remplacer l'émotion. Par exemple, deux personnages se séparent pour longtemps, l'un va s'exposer au danger. Ou bien je raconte cette scène sous la pluie et l'orage, exprimant l'angoisse, ou bien je la raconte sous un ciel ensoleillé, exprimant la confiance.


  Voir le Profil de Xavier de Brabois   Voir le site web de Xavier de Brabois   Message privé     Editer/Supprimer Ce Message   Répondre en citant 10
Manège


Inscrit: Jan 11, 2006
Messages: 201
De: Paris
Posté le: 14-03-2006 à 22:54    
Totalement d'accord sur le fait que les descriptions font partie de ce qu'on retient d'un livre (de très bons dialogues aussi, non ?). De même pour la nécessité qu'elles ne coupent pas l'action (d'ailleurs : ça arrive surtout quand on oppose radicalement les deux).

La seule chose qui me paraît "risquée" dans ta "méthode", Xavier, c'est que tu pourrais tomber dans un trop fort symbolisme... qui nuirait au récit. Mais bon, je te fais confiance pour ne pas succomber aux pires clichés et écrire intelligemment tes scènes !


  Voir le Profil de Manège   Message privé     Editer/Supprimer Ce Message   Répondre en citant 11
Gilbert


Inscrit: Feb 27, 2006
Messages: 7
Posté le: 15-03-2006 à 19:02    
En effet, je me rends compte que je m'étais mal exprimé.

En fait, je suis d'accord avec toi, Xavier. Ce que je voulais dire, par "La description ne trouve son sens que si elle va être au service de l'action", ce n'est pas qu'elle doive avoir une fonction "utilitariste", mais plus simplement que, dans un roman, la description pour elle-même, pour bien écrite qu'elle soit, est assez vite lassante.

Elle va être au service de l'action justement dans la mesure où, comme tu le dis, "elle permet de donner l'ambiance dans le récit".

Sur la poésie, je suis là aussi d'accord (et c'est un peu ce que je voulais dire par ma remarque sur le fait qu'elle révélait le talent de l'auteur).

Enfin bon, je ne vais pas continuer plus, je ne ferais que répéter ton message.


  Voir le Profil de Gilbert   Message privé     Editer/Supprimer Ce Message   Répondre en citant 12
Yaourth


Inscrit: Mar 15, 2006
Messages: 1
Posté le: 15-03-2006 à 21:22    
Salutations à tous !!

petite présentation, je suis le wm d'octopedia.net, un site communautaire de passionnés de plein de chose et, entre autres, de fantasy... Xavier (je pense que c'est lui) est venu poster une chronique sur le T1 de l'Eldakan (merci à lui ! ) et je pense que je vais rapidement me pencher sur ce roman (quand j'aurai terminé l'excellente Trilogie de Bartimeus, si certains connaissent).

Bref, en ce qui concerne Robin Hobb, ouille... personnellement, je pense que cette dame a apporté au moins autant que Tolkien à la Fantasy. Je n'ai pas trop le temps d'argumenter, mais outre son écriture sublime, elle est la seule à avoir développé la psychologie des personnages à ce point. Les interactions politiques et sociales sont halluncinantes dans le cycle de l'Assassin. Evidemment, ce n'est pas la fougue de La Belgariade mais Hobb mérite vraiment qu'on s'y attaque.

D'ailleurs, en parlant de la Belgariade, les extraits de l'Eldakan me font vraiment penser au style d'Eddings... de ma part, c'est un compliment !


Voila, voila...

et pour ceux qui auraient envie de découvrir de la fantasy vraiment originale, je ne peux que conseiller le cycle des Monarchies Divines de Paul Kearney. Puisque c'est le titre du topic, l'équilibre entre action et description est assez bien réalisé, dans un contexte pas courant du tout en fantasy (l'Europe du XIV).


  Voir le Profil de Yaourth   Voir le site web de Yaourth   Message privé     Editer/Supprimer Ce Message   Répondre en citant 13
lambertine


Inscrit: Apr 20, 2006
Messages: 21
Posté le: 26-04-2006 à 21:26    
Il ne se passe rien avant le Tome 4 de l'Assassin Royal ? Hum. Je n'ai sans doute pas le même ressenti qu' Echolivre. Je trouve, moi, qu'il se pass énormément de choses dans les trois premiers tomes de l'AR. Pas de l' "aventure" à proprement parler, mais, au delà de la découverte des personnages et du monde, énormément de péripéties, d'intrigues de palais, de combats même.
Mais je reconnais bien aimer les histoires où l'auteur prends son temps de mettre les choses en place (ce qui ne veut pas dire que je rejette les autres, hein ! J'ai beaucoup aimé - pour ne pas dire plus, l'Ambre de Zelazny qui démarre sur les chapeaux de roues...) Eddings, même si Yaouth parle de sa fougue, commence sa Belgariade de la même manière que Xavier son Edankan, par la ferme de Faldor où il ne se passe "apparemment" pas grand-chose, et sa Mallorée par l'enfance d'Essaïon dans la chaumière de Poledra - même remarque, si ce n'est que ça dure bien plus longtemps. Ce genre de "passages calmes" revient d'ailleurs parfois au cours de l'histoire, aussi fougueuse soit-elle (je pense notamment, pour ceux qui ont lu, à tout le passa ge "introductif" de Zakath, jusqu'à la fuite de Mal Zeth). Pour moi, ces introductions "lentes" donnent du corps à l'histoire, aux personnages.


  Voir le Profil de lambertine   Message privé     Editer/Supprimer Ce Message   Répondre en citant 14
Yaakab


Inscrit: 14 Mai 2008
Messages: 9
De: Paray le Monial
Posté le: 14-05-2008 à 14:48    
Chic ! Je vais pouvoir donner mon avis ^^

La description des lieux, personnages, ambiances, etc, est essentielle dans un roman de fantasy. C'est ce descriptif riche et détaillé qui permet au lecteur de s'imager (plus que s'imaginer) vivant dans ce monde qui lui est étranger.

Un récit riche d'action est important également, mais si il y a trop peu de descrition, on ne se laisse pas aussi facilement embarquer.

En ce qui me concerne donc, et je terminerais par cette citation célèbre de moi même :

La description est à la fantasy ce que la charcuterie est à la choucroute


  Voir le Profil de Yaakab   Voir le site web de Yaakab   Message privé     Editer/Supprimer Ce Message   Répondre en citant 15
Xavier de Brabois


Inscrit: Nov 20, 2005
Messages: 551
De: Bourges
Posté le: 14-05-2008 à 17:32    
Dis donc tu es en forme toi,

ça fait plaisir à voir


  Voir le Profil de Xavier de Brabois   Voir le site web de Xavier de Brabois   Message privé     Editer/Supprimer Ce Message   Répondre en citant 16
Xavier de Brabois


Inscrit: Nov 20, 2005
Messages: 551
De: Bourges
Posté le: 19-05-2008 à 21:57    
C'est marrant, j'ai offert le roman à l'illustrateur de la couverture, Eric, qui me fait comprendre aujourd'hui qu'il trouve que le tome 2 manque de descriptions, qu'il y a un peu trop de dialogues.

c'est marrant, parce que c'est justement en réaction aux commentaires qui jugeaient parfois le tome 1 trop descriptif que j'ai tout fait pour ne pas faire trop de descriptions et privilégier l'action.
Donc je suis un peu surpris, j'ai dû mal m'y prendre et ne pas être encore au bon dosage.

Et vous, qu'en pensez-vous ?


  Voir le Profil de Xavier de Brabois   Voir le site web de Xavier de Brabois   Message privé     Editer/Supprimer Ce Message   Répondre en citant 17
Yaakab


Inscrit: 14 Mai 2008
Messages: 9
De: Paray le Monial
Posté le: 20-05-2008 à 12:03    
Ben, c'est un peu comme pour le gruyère (oui, je sais, encore une comparaison cullinaire) :

Plus ya de gruyère, plus ya d'trous, et plus ya de trous moins de gruyère, donc, plus ya de gruyère moins ya de gruyère.

à méditer.

C'est toujours difficile de bien doser récit/description, et bien malin qui trouverais la recette toute faite à ce sujet.

Sinon, tu féliciteras ton illustrateur de couv. (Eric ?) très beau travail !


  Voir le Profil de Yaakab   Voir le site web de Yaakab   Message privé     Editer/Supprimer Ce Message   Répondre en citant 18
        Signaler le fuseau au modérateur
  Fermer ce Topic Déplacer ce Topic Effacer ce Topic


Copyright ©
The phpBB Group